0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc - Sempé et Goscinny

L-9782915732931

Neuf

Parution imminente: bientôt disponible !

15,00 €

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc - René Goscinny et Jean-Jacques Sempé. Six histoires extraites de «La rentrée du Petit Nicolas», en version bilingue français et occitan vivaro-alpin, traduit par Gérard Ligozat. IMAV éditions.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2018
LangueFrançais + Occitan Alpin
Pages124
Format18,2 x 18,6 cm
DistributeurIMAV éditions
LabelCollection Langues de France
ISBN978-2-915732-93-1

Plus d'infos

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc - Sempé et Goscinny


Pour la première fois, Le Petit Nicolas de Goscinny et Sempé est traduit en occitan vivaro-alpin !


Le Petit Nicolas, illustré par Jean-Jacques Sempé, a été écrit par le célèbre scénariste d’Astérix : René Goscinny.
«Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc » s’adresse aux enfants et à leurs parents ainsi qu’à tous ceux qui ont à coeur de faire vivre leur patrimoine linguistique. Des milliers d’enfants ont découvert le plaisir de la lecture avec les aventures du célèbre écolier. Désormais, en famille ou à l’école, les nouvelles générations pourront dire : « Òu ‘fant, tròp ben ! » (C’est chouette !).


Traduction de Gérard Ligozat.

Préface d'Anne Goscinny. IMAV éditions.


Édition bilingue :
• Les histoires en vivaro-alpin sont présentées en regard du texte en français.
• Un lexique vivaro-alpin/français.est disponible ainsi qu'une carte de la langue vivaro-alpine (occitan).



Les auteurs orginaux:


René Goscinny

« Je suis né le 14 août 1926 à Paris et me suis mis à grandir aussitôt après. Le lendemain, c’était le 15 août et nous ne sommes pas sortis. »
Sa famille émigre en Argentine où il suit toute sa scolarité au Collège français de Buenos Aires : « J’étais en classe un véritable guignol. Comme j’étais aussi plutôt bon élève, on ne me renvoyait pas. »
C’est à New York qu’il débute sa carrière. Rentré en France au début des années 1950, il donne naissance à toute une série de héros légendaires ; en 1959, Goscinny imagine les aventures du Petit Nicolas avec Jean-Jacques Sempé, inventant un langage de gosse qui va faire le succès du célèbre écolier.
La même année Goscinny crée Astérix avec Albert Uderzo. Le triomphe du petit Gaulois sera phénoménal. Traduites en 135 langues et dialectes, les aventures d’Astérix font partie des oeuvres les plus lues dans le monde. Auteur prolifique, Goscinny réalise en même temps Lucky Luke avec Morris, Iznogoud avec Tabary, les Dingodossiers avec Gotlib, etc.
Le 5 novembre 1977, René Goscinny meurt, à l’âge de 51 ans. Hergé déclare : « Tintin s’incline devant Astérix. »
Ses héros lui ont survécu et nombre de ses formules sont passées dans notre langage quotidien : « tirer plus vite que son ombre », « devenir calife à la place du calife », « être tombé dedans quand on était petit », « trouver la potion magique », « ils sont fous ces Romains »…
Scénariste de génie, c’est avec les aventures du Petit Nicolas que Goscinny donne toute la mesure de son talent d’écrivain. Enfant malicieux aux frasques redoutables et à la naïveté touchante, Goscinny dira : « J’ai une tendresse toute particulière pour ce personnage ».



Jean-Jacques Sempé
« Quand j’étais gosse, le chahut était ma seule distraction. »
Sempé est né le 17 août 1932 à Bordeaux. Études plutôt mauvaises, renvoyé pour indiscipline du Collège moderne de Bordeaux, il se lance dans la vie active : homme à tout faire chez un courtier en vin, moniteur de colonies de vacances, garçon de bureau…
À dix-huit ans, il devance l’appel et monte à Paris. Il écume les salles de rédaction et, en 1951, il vend son premier dessin à Sud Ouest. Sa rencontre avec Goscinny coïncide avec les débuts d’une fulgurante carrière de « dessinateur de presse ».
Avec Le Petit Nicolas, il campe une inoubliable galerie de portraits d’affreux jojos qui tapissent depuis notre imaginaire.
Parallèlement aux aventures du petit écolier, il débute à Paris Match en 1956 et collabore à de très nombreuses revues dont le prestigieux New Yorker. Son premier album de dessins paraît en 1962 : Rien n’est simple. Une trentaine suivront, chefs-d’oeuvre d’humour traduisant à merveille sa vision tendrement ironique de nos travers et des travers du monde.
Créateur de Marcellin Caillou, de Raoul Taburin, ou encore de Monsieur Lambert, son talent d’observateur allié à un formidable sens du dérisoire en font depuis cinquante ans l’un des plus grands dessinateurs français. Outre ses propres albums, il a illustré Catherine Certitude de Patrick Modiano ou encore L’histoire de Monsieur Sommer de Patrick Süskind.
Sempé vit et travaille aujourd’hui à Paris dans son atelier du quartier de Montparnasse. Dernier album paru : Musiques, 2017 (Denoël/ Martine Gossieaux).



Le traducteur:

Né à Gap dans les Hautes-Alpes en 1944, Gérard Ligozat étudie les mathématiques à l'ENS-Ulm et devient professeur d'Université et chercheur au CNRS en intelligence artificielle et en linguistique.
Ayant grandi dans une famille où l’on parlait occitan, il passe ses étés comme berger dans une ferme où le vivaro-alpin était la langue de travail.
Engagé depuis plus de trente ans dans le mouvement pour la défense des langues régionales, il est membre de l'Académie de la langue occitane et de l'Association Internationale d'Études Occitanes.
Enseignant dans le milieu associatif, auteur d'une méthode pour apprendre le vivaro-alpin, il fait passer chaque année l'épreuve d'occitan au baccalauréat.
Le traducteur tient à remercier chaleureusement Denis Capian, André Faure, Pierre Hérisson, Michel Prat et Éliane Tourtet pour leurs relectures, et pour les suggestions judicieuses que leur a permis leur connaissance approfondie du vivaro-alpin.

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc


Le vivaro-alpin, langue d'oc:

Cette traduction du Petit Nicolas est écrite en vivaro-alpin, dialecte de l’occitan autrefois dénommé provençal-alpin, ou dauphinois. On préfère aujourd’hui le terme de vivaro-alpin qui fait référence au fait qu’il est parlé dans les Alpes françaises du Sud, dans les vallées occitanes d’Italie, ainsi que dans le nord de la Drôme et de l’ancienne province du Vivarais (correspondant approximativement au département de l’Ardèche).
C’est une composante de la langue d’Oc au même titre que les six autres variétés d’occitan que sont le limousin et l’auvergnat, dont il partage le caractère nord-occitan, mais  également le provençal, le languedocien, le gascon et le niçois.
Le vivaro-alpin est aujourd’hui, une langue menacée, selon l’Atlas Unesco des langues en danger dans le monde (2010).
« Pour une langue malmenée par l’histoire comme l’occitan vivaro-alpin en particulier, pouvoir disposer de grands classiques traduits d’autres langues est un enjeu stratégique important, un élément de légitimation et une marque de créativité. Le Petit Nicolas est sans conteste un classique de la littérature jeunesse. On se réjouit de l’entendre barjacar (bavarder), richonear (ricaner), tarabastear (chahuter) en occitan vivaro-alpin » estime Gérard Ligozat, le traducteur.

Les limites d’un dialecte ne sont jamais des frontières rigides. On peut néanmoins considérer que la zone géographique du vivaro-alpin s’étend des Alpes du Sud à l’Ardèche et dans une partie de la Drôme, ainsi que dans les vallées occitanes d’Italie. Parmi les principales villes concernées : Annonay, Privas, Valence, Montélimar, Gap, Embrun, Briançon, Barcelonnette.


L'occitan:

Difficile d’estimer précisément le nombre de personnes qui comprennent plus ou moins, parlent ou écrivent la Langue d’Oc dans toutes ses composantes dont le vivaro-alpin.
Les estimations les plus sérieuses situent entre 500 et 700 000 le nombre d’occitanophones. L’occitan est enseigné dans divers établissements, comme les Calandretas et dans les écoles de la République, au collège et au lycée. C’est une épreuve du bac en LV II ou III.
Plusieurs universités dispensent des cours : Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix, Nice, Clermont, Limoges, et Paris (Paris IV et Paris VIII). Au total, cet enseignement concerne 70 000 à 90 000 élèves selon les années, et quelques centaines d’enseignants.

Le Petit Nicolas en vivaro-alpin - Trop ben

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc - Sempé et Goscinny

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc - Sempé et Goscinny

Lo Pechon Nicolau en occitan vivaro-aupenc - Le Petit Nicolas en vivaro-alpin : langue d'oc - René Goscinny et Jean-Jacques Sempé. Six histoires extraites de «La rentrée du Petit Nicolas», en version bilingue français et occitan vivaro-alpin, traduit par Gérard Ligozat. IMAV éditions.

Donnez votre avis

Télécharger

Le Petit Nicolas en vivaro-alpin

Le Petit Nicolas en vivaro-alpin - Dossier de presse

Télécharger (3.34M)