0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Le Bréviaire d'Amour - Maftre Ermengau

L-9782490382071

Neuf

Parution imminente: bientôt disponible !

120,00 €

Le Bréviaire d'Amour de Maftre Ermengau de Béziers (1288) - Traduction française Henri Barthés avec le concours de Peter Ricketts, Dominique Billy et Gilles Bancarel. Le Bréviaire d’Amour est considéré comme l’une des grandes oeuvre du Moyen-Âge. Il repose sur la notion universelle de l’Amour qui descend du Père des Lumières, car dit saint Jean : Dieu est Amour. Éditions du Mont.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2018
LangueFrançais + Occitan
Pages512
Format24 x 29 cm
DistributeurÉditions du Mont
ISBN978-2-490382-07-01
BonusReliure toilée avec coffret, 100 illustrations couleur, 2 signets tissus.

Plus d'infos

Matfre Ermengau de Béziers - Le Bréviaire d’amour - 1288


Traduction française par Henri Barthés, avec le concours de † Peter Ricketts, Dominique Billy et Gilles Bancarel.


Le premier jour du printemps de 1288, Matfre Ermengau, professeur de lois à l’École de Droit de Béziers et probablement frère du tiers-ordre franciscain, commença d’écrire une immense encyclopédie du savoir à l’usage des laïcs.
À cet effet, s’adressant à des lecteurs présumés ignorant le latin, il écrivit en langue romane, c’est-à-dire en langue d’oc. Et comme la langue d’oc était présumée exprimer l’Amour courtois, dans la tradition des Anciens Troubadours, il écrivit en vers.
Son ouvrage compte exactement 34 597 vers. On y voit l’influence de l’enseignement du Droit et une forte réflexion juridique. On y décèle aussi un ensemble de constatations, de pensées, de conseils, qui peuvent avoir une source immédiate dans l’esprit franciscain – puisque l’auteur se dit aussi frère Mineur – mais qui pourraient aussi remonter à une source plus lointaine chez les Pauvres Catholiques, anciens vaudois, nombreux à Béziers au début du XIIIe siècle, où on connaît un excellent théologien vaudois probablement apparenté à notre auteur : Ermengau de Béziers.

Le Bréviaire d’Amour repose sur la notion universelle de l’Amour qui descend, comme tout don parfait, du Père des Lumières, car dit saint Jean : Dieu est Amour. Amour des Trois personnes divines dans la Sainte Trinité, Amour de Dieu pour les hommes, Amour des hommes pour Dieu, Amour des hommes les uns pour les autres, Amour entre personnes de sexe opposé, engendrement et Amour des enfants. Il entend réunir et transmettre toutes les branches du savoir.

On distingue dans le Bréviaire d’Amour 355 chapitres classés en sept parties :
Prologue et indication du plan sous la forme d’un Arbre allégorique : l’Arbre d’Amour dans lequel est figurée la Dame d’Amour.
Traité de Dieu (Théologie trinitaire).
Traité de la Création (Angéologie démonologie, sciences naturelles, cosmologie, chronologie, anthropologie).
Traité du Droit (Droit naturel Droit des Nations, Droits et Devoirs).
Traité de la Foi (Ce que l’on doit croire, le Credo, suivi d’un traité d’éthique, récit de la vie du Christ exemples de la vie des apôtres).
Traité de l’Amour entre mâles et femelles
Traité Périlleux de l’Amour des Dames : Sous la forme de procès et de consultations ou de conseils. Trois parties sont en présence : les Amoureux, les Dames, les Médisants, et Matfre lui-même qui arbitre et donne des conseils. Les dires des parties sont des citations savamment ordonnées (au nombre de 267) des œuvres des troubadours des XIIe et XIIIe siècles.

Représenté par un grand nombre de manuscrits complets et une foule de fragments, le Breviaire d’Amour est tombé dans l’oubli au cours du XVe siècle. Il a été édité une première fois par la Société Archéologique de Béziers entre 1862 et 1882 sous la direction de Gabriel Azaïs avec le concours de Paul Meyer et Camille Chabaneau, et une deuxième fois
entre 1975 et 2004 par Peter Ricketts.
La langue du Breviari d’Amor est difficile, la versification souvent laborieuse complique la lecture et la compréhension.
La traduction en français mettra ce texte à la disposition des médiévistes, des chercheurs, des historiens et de tous en général.

Elle comprend en un seul volume le corpus général du Breviari, et le Périlleux traité d’amour des dames, traduit par Peter Ricketts, avec le concours de Dominique Billy et les compléments et notes d’Henri Barthés.
Le texte traduit comprend en outre la Chanson et le Sirventes laissés par Matfre, ainsi que la Lettre à sa sœur. Il est précédé des Prolégomènes et accompagné d’un important appareil critique (près de 1500 notes).
Il est pourvu d’une Table des Matières détaillée, et d’une table mettant en rapport les illustrations avec le texte des chapitres.
M. Jean-Marie Carbasse, Professeur émérite à la Faculté de Droit de Montpellier en a écrit la préface.


A noter que cette version en français a demandé 9 ans de travail à son auteur. Et qu'on trouve dans ce livre, 6 pages du bréviaire original de Saint-Petersbourg.


La Traduction Française du Bréviaire d’Amour est publiée au Éditions Du Mont à Cazouls-lès-Béziers, avec le soutien de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire de Béziers.

L'auteur:

Henri Barthés, né en 1947, à Saint Geniès de Fontédit, s’est spécialisé dans l’étude des textes latins et romans des Xe-XVIe siècles de la région de Narbonne, Béziers, Agde.
Il a d’abord publié en 1979 une Histoire de l’Abbaye Saint Marie de Fontcaude
Puis en 1980 et 1991 les monographies des villages de Corneilhan et de  Saint Geniès de Fontédit
De 1985 à 2005 il s’est consacré à l’édition du Cartulaire de l’abbaye cistercienne Sainte Marie de Valmagne
En 1987 il a publié Etudes historiques sur la langue occitane
Enfin il a donné dans divers bulletins et revues d’histoire un certain nombre de chartes de coutumes communales et des textes isolés des XIIIe-XVIe siècles, au texte composite latin et roman.

A partir de 1992 il s’est intéressé au Breviari d’Amor de son compatriote de Béziers Matfre Ermengau. Après des communications orales, il s’est attaché en 2009, à traduire en français cette œuvre massive et étendue, écrite et versifiée dans une langue difficile. Dans ce projet il a rencontré les efforts du regretté Peter Ricketts, qui venait de donner une édition nouvelle du Breviari d’Amor et en traduisait les 5000 derniers vers constituant le Perilhos tractat d’amor de las donas, (Périlleux traité d’amour des Dames). Leur collaboration fructueuse a été interrompue par la mort de Peter Ricketts, mais, avec l’autorisation de ses héritiers, son apport est intégré au corpus de l’œuvre, qui, passant a la langue française, accède aujourd’hui à l’Universel.

Henri Barthés est membre du Félibrige depuis 1980 et a été élu Majoral en 2011, titulaire de la Cigale de la Narbonnaise.

Membre depuis 1971 de la Société Archéologique Scientifique et Littéraire, , ancienne Académie royale des Belles-Lettres et Sciences de Béziers, il en est le Président depuis 2011.



Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Le Bréviaire d'Amour - Maftre Ermengau

Le Bréviaire d'Amour - Maftre Ermengau

Le Bréviaire d'Amour de Maftre Ermengau de Béziers (1288) - Traduction française Henri Barthés avec le concours de Peter Ricketts, Dominique Billy et Gilles Bancarel. Le Bréviaire d’Amour est considéré comme l’une des grandes oeuvre du Moyen-Âge. Il repose sur la notion universelle de l’Amour qui descend du Père des Lumières, car dit saint Jean : Dieu est Amour. Éditions du Mont.

Donnez votre avis