0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Istòri d'un couscrit de 1913 - Jan-Bernat Bouéry

L-0978291164339

Neuf

1 Elément

En stock

15,00 €

Istòri d'un couscrit de 1913 - Raconte de la Grando Guerro - Jan-Bernat Bouéry. Edicioun Prouvènço d'aro.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2012
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages280
Format14 x 21 cm
DistributeurProuvènço d'aro
ISBN2-911-643-37-2

Plus d'infos

Istòri d'un couscrit de 1913 - Jan-Bernat Bouéry

Raconte de la Grando Guerro.

Au contro di pelous que parlavon gaire de ço qu'avien viscu dins li trencado, moun paire, subre-tout l'ivèr dins li lòngui serado, se leissavo ana à se repassa sa vido dóu tèms de la guerro. Es de remarca que lou fasié emé iéu e que se sarié pas fisa à-n-un autre. Sabié que, me counta sa guerro, èro pèr iéu, lou mejan lou mai aproupria pèr m'apassiouna e me faire óublida moun endecun.

D'aquéu biais, sus la guerro emai fuguèsse jouine n'en sabiéu mai que mai, ço que me permet, aro, de me repassa aquelo pountannado sourno de nosto istòri.
Aro qu'ai nounanto an, li remembre estent viéu e presènt dins ma tèsto, ai pouscu escriéure sa vido de sourdat, lou debanat de la Grando Guerro e soun astrado de desbrega.


Fotà de cuberto: moun paire quouro es arriba à l'armado, en 1913 au 10en Bataioun de Cassaire à pèd.

Edicioun Prouvènço d'aro.

L'autour:

Jan-Bernas Bouéry vèn aqui nous pourgi soun seten oubrage en prouvençau.

Extrait:

L' enfant.
Le 26 avril 1893 naît à la maison de Joseph Pierre Bouéry et d'Eugénie Sophie Pèbre, à la Colle de Saint Jean du désert, un quatrième enfant qu'on nomme Irénée, François.
Un beau garçon, ma foi, qui, soudain, se mit à hurler... Peut- tire parce qu'on lui avait attribué un nom de fille... Irénée.
Cela vient d'une mère très pieuse qui aurait voulu, étant fille, plutôt se faire "mongette" que de se marier... Irénée, voilà un nom qu'il faudra porter toute sa vie ! C'est peut être pour cela qu'il pleure ainsi, le pauvre petit...
Non ! C'est moi qui suis dans le vrai... Il avait déjà une idée de ce qu'il allait souffrir dans sa chienne de vie! Je suis sûr qu'il l'avait dans le subconscient et qu'il y avait de quoi s'épouvanter.
Et dans le temps de sa prime jeunesse, il pleura... pleura... Heureusement que sa soeur Célina le prit en charge. Patiente comme elle l'était, cela ne pouvait pas mieux tomber ! Elle avait une façon de parler du nez pour lui dire impatientée: — Allons François... sois sage !
Assis sur sa hanche, le petit nouait ses bras autour de son cou, et elle le portait partout.
Ce "petit" qui naquit ce matin-là, c'était mon père!
Là, il me faut ajouter que, dans la vie, on ne l'a pas appelé Irénée mais François, son deuxième prénom.
Le soldat de première classe du 10ème Bataillon de chasseurs à pied qui eut le visage fracassé par une balle à trois heures de l'après midi, le 15 septembre 1915, à Notre Dame de Lorette, près d'Angres, après une journée de combats furieux et qui fut laissé pour mort jusqu'au soir, puis transporté à l'arrière, au poste de secours quand on s'aperçut qu'il respirait encore... C'était mon père !


L' enfant.
Lou 26 d'abriéu 1893 nais à l'oustau de Jousè Pèire Bouéry e d'Eugenio Soufio Pèbre, à la Collo de Sant Jan dou desert, un quatren enfant que ié dison Ireniéu, Francés.
Un bèu mascle, ma fisto que, subran, se meteguè à brama... Bessai perqué i'an mes un noum que sèmblo un noum de fiho " Iréniéu".
Acò vèn d'uno maire proun de glèiso qu'aurié vougu, estent fiho, pulèu estre moungeto que de se marida...
Ireniéu, n'en vaqui un de noum que lou faudra pourta touto la vido ! Es bessai pèr acò que se plouro ansin lou paure pichot... Nàni ! Es iéu que siéu dins lou verai. Avié adeja uno idèio de ço qu'anavo rebouli dins sa vidasso. Siéu segur que l'avié dins noun subcounsciènt e que n'avié pèr s'espaventa...
E, dins soun tèms de primo jouvènço, plourè, plourè... Fourtuno que sa sorre Celina se n'encarguè. Meiralo couine èro. Acò poudié pas miés i'ana! Avié un biais de parla dcu rias pèr ié dire, despatientado...
- Anen Chouas... fugues gènt !
Asseta sus soun anco, lou pichot nousavo si bras à l'entour de noun c«u e ansin, se lou pourtavo senso relàmbi !
Aqucu pichot que nasquè aquéu matin, èro moun paire !
Aqui me fau apoundre que, dins la vido, i'an pas dich Ireniéu mai Fiancés, soun segound pichot noum.
Lou sourdat de proumiero classo dou 10en Bataioun de cassaire d'à pèd, que fuguè desbrega pèr uno balo à tres ouro dou tantost, lou 15 de setèmbre 1915, à Nosto-Damo-deLorette, clins li peiriero d'Angres après uno journado de coumhat furious e que fuguè leissa pèr mort enjusqu'au sero, pièi traspourta à l'allié, au poste de secous, quouro se veguè qu'alenavo encaro...
Èro moun paire!

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Istòri d'un couscrit de 1913 - Jan-Bernat Bouéry

Istòri d'un couscrit de 1913 - Jan-Bernat Bouéry

Istòri d'un couscrit de 1913 - Raconte de la Grando Guerro - Jan-Bernat Bouéry. Edicioun Prouvènço d'aro.

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...