0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Solde! Les Alpes de lumière n°172 La biasse de mon père - Pierre Magnan Agrandir

Les Alpes de lumière n°172 La biasse de mon père - Pierre Magnan

L-9782919435067

Neuf

1 Elément

En stock

3,50 €

-50%

7,00 €

La biasse de mon père - Pierre Magnan. Dans ce très court ouvrage, l'écrivain provençal livre ses souvenirs d'enfance dans un texte de nature autobiographique dans lequel il célèbre la Haute Provence, sa région natale. Collection Les Alpes de lumière 172, éditions Alpes de lumière.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2014
LangueFrançais + passages en provençal
Pages48
Format15 x 21 cm
DistributeurLes Alpes de lumière
LabelLes Alpes de lumière n°172
ISBN978-2-919435-06-7
ISSN0181-4643
Bonus(nouvelle édition)

Plus d'infos

Les Alpes de lumière n°172 La biasse de mon père - Pierre Magnan


Dans ce très court ouvrage (il s'agit à l'origine d'une revue), Pierre Magnan évoques ses souvenirs d'enfance et, en particulier, ceux liés à son père. Antoine Magnan, au retour de ses journées de poseur de lignes de la Société d’électricité du littoral (E.E.L.M. une Société Anonyme employant divers types d'ouvriers tels des électricien, comme le père de l'auteur) était toujours muni de sa biasse (une sorte de sacoche) dans laquelle il emportait non seulement ses outils mais également son repas.

C'est dans cette même biasse qu'il ramenait le plus souvent, le soir, en rentrant au foyer conjugal où sa femme, ses deux enfants (Pierre et sa soeur), sa belle-mère et son beau-frère Marius l'attendaient qu'il y découvrit des trésors d'enfance. C'est ainsi qu'il fait allusion, dans ce fragment de souvenirs, le banon (pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'un fromage originaire des Alpes-de-Haute-Provence), ou encore du pain qu'il allait chercher chez le boulanger (pain appelé "Banette" mais que le narrateur confondait avec la "Pompe") et dont il n'a jamais pu retrouver le goût depuis et enfin des souvenirs des fontaines où il fallait encore aller puiser l'eau à l'époque.

Ce sont ces récits simples et merveilleux qui savent former la personnalité d’un enfant.


Collection Les Alpes de lumière 172, éditions Alpes de lumière.


4ième de couverture:

«Le monde pénétra d'abord en moi par la biasse de mon père.» C'est ainsi que Pierre Magnan ouvrit les premières pages de son autobiographie lorsqu'il en offrit la primeur à Alpes de Lumière en 1983.
Ce fut une joie de découvrir les souvenirs d'enfance de celui qui était déjà un écrivain reconnu et qui allait devenir un auteur révélé au grand public par les adaptations à l'écran de quelques-uns de ses romans et d'abord par La Maison assassinée de Georges Lautner.

Ce récit de vie s'est développé au fil de trois autres opus : L'Amant du poivre d'âne, Apprenti et Un monstre sacré. Mais c'est cette «biasse» qui annonce le plus fortement ce que Pierre Magnan ne cessera de répéter sur son appartenance à son «pays» natal, la haute Provence, celle des plateaux et des collines, celle de Manosque. Le tout baigné par les parfums subtils des badassières, des pluies d'été sur les landes arides et, «universelle et lui parlant de tout, l'odeur du pebre d'ai, la sarriette des Français», autrement dit ce «poivre d'âne» dont il se dira l'amant éperdument amoureux et dont il fera le titre de la suite de ses mémoires.

On ne saurait mieux accompagner l'ouvrage Adieu pays ! de Claude Martel, sur la langue régionale de Pierre Magnan, que par la réédition de ce texte délicieux qui, en peu de pages, nous livre les considérations de notre auteur sur «le dialecte manosquin», mais aussi et surtout la mise en musique de cette langue dont les notes sont ces «mots plein de sève et de chaleur qui sont faits pour être prononcés dans le vent». Une langue et des mots que, comme le craignait Pierre Magnan, «nous enterrerons avec nous». C'est  précisément ce qui leur donne aujourd'hui toute leur charge d'émotion.


Critique:

Un livre qui fait un peu penser à "la madeleine de Proust" de par le goût des choses qui rappellent des souvenirs avec de nombreux passages en provençal (tous traduits en français, je vous rassure) afin de donner une âme à cette revue. Un texte agréable à lire mais qui traîne parfois un peu trop en longueur à mon goût. A découvrir !

Extrait de l'article de Cicou45, publié sur Babelio.com le 27 octobre 2012.

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Les Alpes de lumière n°172 La biasse de mon père - Pierre Magnan

Les Alpes de lumière n°172 La biasse de mon père - Pierre Magnan

La biasse de mon père - Pierre Magnan. Dans ce très court ouvrage, l'écrivain provençal livre ses souvenirs d'enfance dans un texte de nature autobiographique dans lequel il célèbre la Haute Provence, sa région natale. Collection Les Alpes de lumière 172, éditions Alpes de lumière.

Donnez votre avis