0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Mistral et l’héraldique, à propos des termes de blason dans Lou Tresor dóu Felibrige - Alban Bertero

L-9782909554211

Neuf

1 Elément

En stock

25,00 €

Mistral et l’héraldique, à propos des termes de blason dans Lou Tresor dóu Felibrige - Alban BERTERO a reproduit chacun des articles, et de plus les a illustrés avec les exemples donnés par Mistral. Un véritable travail de romain pour lequel il a bénéficié de la collaboration de l'excellent Jean-Paul Fernon pour corriger la partie blasons. Éditions Boismorand.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2017
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages96
Format18 x 25.5 cm
DistributeurÉditions ALCOR
LabelAlban Bertero
ISBN978-2-909554-21-1

Plus d'infos

Mistral et l’héraldique, à propos des termes de blason dans Lou Tresor dóu Felibrige - Alban BERTERO et Jean-Paul FERNON


Cet  ouvrage étonne et laisse admiratif. On imagine aisément la somme de recherches et l’examen minutieux du grand dictionnaire de Frédéric Mistral qu’il a nécessité à ses auteurs. Il met de ce fait en évidence une très grande maîtrise du sujet.
Associer les définitions mistraliennes avec la représentation des écus d’armes cités et leurs blasons relève d’un remarquable tour de force. L’avant-propos, avec simplicité et précision, apporte un éclairage précieux sur le vocabulaire et l’art du blason, il offre sa science à la portée de tous.


Alban Bertero, spécialiste d'héraldique en occitan (plusieurs de ses publications sont en vente ici) a dépouillé le "Trésor du félibrige" (Lou Tresor dóu Felibrige) du grand écrivain Frédéric Mistral, à la recherche des termes héraldiques signalés par l'auteur. Il a reproduit chacun des articles, et de plus les a illustrés avec les exemples donnés par Mistral. C'est un véritable travail de romain pour lequel il a bénéficié de la collaboration de l'excellent Jean-Paul Fernon pour corriger la partie blasons.


Pages intérieures 90 g Munken, Couverture Rives tradition blanc naturel 250 g.


Éditions Boismorand.


L'auteur:

Alban Bertero est un passionné de blasons et d’Histoire. Il est l’auteur des armoiries municipales de Boismorand et des Choux. Autodidacte, passionné d’histoire, ancien président du Cercle historique de Boismorand, il est l'auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire des Choux et de Boismorand, ainsi que sur l'éraldique. Poyyât est son pseudonyme en tant que dessinateur.


Extrait de l'avant-propos:

La place occupée, dans un dictionnaire encyclopédique, par les mots les plus usuels d'une science ou d'une discipline est une précieuse indication sur l'importance que lui accorde, à un moment donné, la société dans laquelle s'affirme et évolue cette science. Ainsi en est-il de l'héraldique. Que nous dit précisément, sur l'héraldique, Frédéric Mistral dans son Tresor dóu Felibrige ? Mais d'abord, combien de termes ou d'expressions sont nécessaires pour décrire, dans la langue du blason, la majorité des armoiries, et qu'ont-ils à décrire ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre.
Toute armoirie s'inscrit, à l'origine, dans un écu ayant la forme d'un bouclier. Le fond de cet écu, ou champ, est délimité par un chef une pointe, et deux côtés : dextre et senestre. Ce champ peut recevoir un certain nombre de couleurs, appelées émaux, se décomposant en métaux (pour le blanc et le jaune), en couleurs proprement dites (bleu, rouge, vert, noir, violet, couleur chair) et en fourrures (vair et hermine). Le nom de ces émaux est propre à l'héraldique : le blanc est dénommé argent, le jaune or, le bleu azur, le rouge gueules, le vert sinople, le noir sable, le violet pourpre ; la couleur chair étant dite de carnation.
Le champ de l'écu peut être divisé en plusieurs parties par des lignes horizontales, verticales ou obliques, appelées partitions, et chargé de pièces géométriques (pal, fasce, chevron...) animaux, plantes, constructions, objets divers ou animaux fabuleux (dragon, serpents). Les lignes de bordure de ces pièces et les lignes de partitions peuvent affecter des tracés différents : rectiligne, ondé, dentelé, crénelé. Enfin, il est nécessaire de préciser la position des pièces sur le champ de l'écu ainsi que leur nombre. Voilà, très grossièrement défini, l'objet d'un blasonnement, c'est-à-dire la description d'un écu armorié avec les mots propres à la langue du blason.
Combien de ces termes ou de ces expressions héraldiques ont trouvé place dans le "Tresor dóu Felibrige", et lesquels, sachant que tout terme ayant une acception héraldique y est signalé soit par l'expression terme de blason ou t. de blason, soit par la description, le plus souvent partielle I, des armoiries d'une famille ou d'une commune. Petite revue de détail :
— L'écu. Bien qu'il utilise souvent dans le texte français le mot champ pour désigner, la surface de l'écu (par exemple à l'entrée Drapée : "L'azur forme en effet le champ du blason de Provence"), Mistral ne mentionne, à l'entrée Champ/camp, que le champ de bataio en oubliant... celui de l'écu ; de même à Chéfè mentionne-t-il le chéfe-d'escadro et le chéfe de hataioun et nous renvoie à Cap sans plus de succès. Enfin toute référence à l'art du blason est absente pour les entrées Pouncho (pointe), Senèstro ou Dèstro (qui donne néanmoins pour exemple La déstro de Dieu lou Paire, la droite de Dieu le Père, à défaut de celle de l'écu).
— Les émaux. De tous les émaux, seuls goulo et sinople sont expressément signalés comme étant des termes de blason, mais sans plus de précision pour le premier. cité néanmoins pour le blason des Montesquieu avec ses deux tourteaux de gueule (sic) : et si le second indique bien qu'il s'agit du nom de la couleur verte en héraldique, on ne trouve à l'entrée Verd nul renvoi à sinople, émail qui est cité pour le blason des Figuière. l'hydre des Belsunce, le laurier de Jean Laurens, mais pas pour les trois immortelles des Lombard. ie noyer des Noguez, la botte de joncs de Jonquières-Saint Vincent, ou les échalas de Langlade.
Ainsi k blasonnement des armes de la famille Balbs, D'or à un bélier de sable colleté d'argent. se troue-i-il réduit à "un bélier de sable"; et celui de la famille Provençal. D'or au chevron d'azur accompagné de 3 écots de gueules ne mentionne que le chevron.

[...]

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Mistral et l’héraldique, à propos des termes de blason dans Lou Tresor dóu Felibrige - Alban Bertero

Mistral et l’héraldique, à propos des termes de blason dans Lou Tresor dóu Felibrige - Alban Bertero

Mistral et l’héraldique, à propos des termes de blason dans Lou Tresor dóu Felibrige - Alban BERTERO a reproduit chacun des articles, et de plus les a illustrés avec les exemples donnés par Mistral. Un véritable travail de romain pour lequel il a bénéficié de la collaboration de l'excellent Jean-Paul Fernon pour corriger la partie blasons. Éditions Boismorand.

Donnez votre avis