0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Cronicas de Vent-l’i-Bufa - Joan GANHAIRE (Livre + CD)

L-9782917451274

Neuf

2 Eléments

En stock

15,00 €

Cronicas de Vent-l’i-Bufa - Joan GANHAIRE (Livre + CD). Un recueil de 18 de ses premières chroniques accompagnées de deux CD avec la voix de l’auteur, en occitan limousin. IEO Perigòrd Novelum.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeLivre broché + CD
Année2016
Langueoccitan (limousin)
Pages108
Format16 x 24 cm
DistributeurIEO Perigòrd
LabelNovelum
ISBN978-2-91745-127-4

Plus d'infos

Cronicas de Vent-l’i-Bufa - Joan GANHAIRE


Faciles à lire, ces courtes nouvelles sont accompagnées d’un CD dit par l’auteur.

Acompanhat d’un CD daus textes legits per l’autor.


Du haut de sa colline, Panolha observe et décrit le quotidien de Chantagreu, petit bourg imaginaire, mais qui ressemble tellement à ceux que nous connaissons… Un regard amusé et tendre sur les modestes aventures d’une petite communauté rurale.


Chantagreu sus Claraiga... Un borg pincat sus son terme emb un chasteu, de las ruas en penda que còlan a la ribiera, una eigleisa, un café... Dempuei sa maison de Vent-l’i-Bufa, un òme èspia viure son pitit monde : un curet sens ovelhas, un medecin que vai si talament sovent chas sas practicas que son chafre es Chaminòt, daus vielhs un pauc femnassiers, daus beveires garits e daus que son pas prestes de z’estre, daus vesins que s’aiman gaire, un celibatari un pauc baròque que per tota companhiá a sa sauma Friqueta qu’es tant faròia coma eu, un baron qu’a perdut sa fortuna e un pauc sa testa... E tot vai pas per lo mielhs dins queu vilatge que chascun plaçará onte vòu sus la carta o dins sa memòria. Aventuras ordinàrias ’ribant a dau monde ordinari ? Au legeire de n’en decidir...

IEO Perigòrd Novelum.


L'auteur:

Joan Ganhaire (en français Jean-Leopold Ganiayre), est un écrivain périgourdin qui écrit ses œuvres en occitan limousin. Il est né à Agen en Lot et Garonne le 21 mai 1941. Après avoir suivi ses études secondaires à Périgueux, il étudia la médecine à Bordeaux pour s’installer en Périgord où naquit sa vocation d’écrivain occitan. Il obtient le prix Jaufre Rudèl en 2001 avec son œuvre Lo viatge aquitan.


Article de presse:

DG : Joan, ces chroniques étaient très attendues
Ca me surprend toujours de l'apprendre ! Il s'agit de mes premiers écrits, antérieurs et contemporains du « Libre dau Reirlutz », mon premier livre mais ils sont de nature très différente. On y côtoie un monde très campagnard, avec des personnages très typés comme on pouvait les croiser dans la vie de tous les jours qui mènent une vie ordinaire et auxquels il arrive des choses pas ordinaires. Le ressort comique ou fantastique vient de là. A l'époque, ces chroniques ont paru à Bourdeilles dans un bulletin nommé « Ventador » et ensuite dans Paraulas de Novelum. Ce n'est pas de la grande littérature, mais on s'amuse en les lisant. Un peu comme les histoires limousines de Panazoù ou Jacotin e Catinon, mais en graphie normalisée. En reprenant ces chroniques, j'ai fait le choix de les laisser comme je les ai écrites à l'époque il y a près de quarante ans...

DG : C'est quand même bien du Ganhaire. On y retrouve de l'humour, du fantastique, certains personnages qui ont pu être développés par la suite.Et la qualité de l'écrit...
Oui, certains personnages comme Lo Tranuja a pu évoluer et donner lo Massime de « Los braves jorns de Perdilhòta ». Et puis l'ancrage périgourdin est fort : je me suis inspiré des personnes et des lieux que j'ai pu rencontrer dans mon métier de médecin de campagne. Et puis les lieux, quand on les connaît bien, on s'y retrouve.

DG : Bon nombre de locuteurs ont pu apprendre à lire leur langue avec ces chroniques et découvrir d'autres écrits en occitan, de vous-même, d'autres auteurs...
C'est ce qu'on m'a dit. C'est vrai qu'elles sont d'accès facile et j'y ai ajouté un lexique. L'ouvrage actuel présente une sélection de 18 textes et deux CD, ce qui peut-être utile à l'apprentissage à la lecture de la langue, notamment pour les débutants ou ceux qui savent parler l'occitan sans savoir le lire. C'était pour moi un plaisir que de les enregistrer en 2017, ce qui est différent de les écrire.

DG : Et il y en a beaucoup en stock ?
Oh là ! De quoi faire un ou deux autres ouvrages ! Mais pour le moment, j'ai encore trois policiers à sortir, alors ce n'est pas pour tout de suite !

Entrevue de Denis Gilabert, publiée le 27/12/2017 dans le journal Sud Ouest.



Extrait (conte de Noël):

[...]

E tot lo monde comencet de cerchar dins los bastiments, dins las terras, sur la rota, chas los vesins… Ren en degun luòc, pas de Tetaron ! Un que fasia brave, quo era lo Desfarjas que vesia son vedeu perdut e pensava a Massabuòu que devia venir lo querre e que s’entornaria entau. ’Fectivament, sur lo còp de tres oras après mieijorn, lo camion dau merchant de bestiaus ‘ribet dins la bassa-cort, e Massabuòu ne’n davalet emb sa granda blauda negra e sa bela figura roja. Quand auvit l’afar dau vedeu perdut, poguet pas s’empaichar de rire :

– “E ben, çò-ditz, si v’autres setz pas capables de gardar un vedeu perdut, deuriatz chamjar de mestier.”

Quel afar botet pas la familha Desfarjas de bon pieu, e la velhada de Nadau s’anonciava mau. Après sopar, comenceren tot parier a se preparar per ‘nar a la messa de mianuech ; e après ‘ver passat lur ‘bilhaments nuòus, se sieteren davant la television per esperar lo moment de se botar en chamin. Lo pitit escran era plen d’estelas, de clòchas que sonavan a grand lanç, e de mainatges ‘bilhats de blanc que chantavan daus cantiques. A-d’un moment donat, los tres reis passeren, seguent l’estela dau Bargier. Quo era plan miraudios de los veire, emb lurs riches ‘bilhaments, lurs coronas, l’aur que lur gotissava de las mans. Un chant divenc los acompanhava, e la Joana Desfarjas mai lo vàslet, Loïsson, ne’n badavan.

Lo pair se laissava pas ‘nar a la doçor de l’adoracion ; se pensava totjorn a son vedeu perdut, e avia gaire envèia d’espiar totas aquelas farabiòlas bonas per las femnas, los necis e los goiassons. Ten, onte eran los goiassons ? Pertant, d’abituda, ne’n perdian pas ‘na mijòla, de la television. Machinalament, lo pair Desfarjas espiet per la fenestra, e juste au moment que los Reis començavan de segre l’estela, defòra dins los bòscs ; quo era una pita lumiera que ‘nava, venia, pelucava e semblava l’apelar. Trapet son manteu, sa casqueta, faguet signe a sa femna e a Loïsson de lo segre e surteren dins la nuech sens ren dire. Tots tres se troberen leu sur lo sendareu que menava dins los bòscsvers quela pita lumiera que parpelejava totjorn. Marcheren sens dire un mot : tots tres sabian onte ‘navan, e çò que ‘navan trobar. ‘Riberen a la chabanòta recuberta de brodichas e de faugieras onte los buschairons gardavan lors utilhs. Espieren per lo calustron, e tots tres, silencios, pogueren veire, a la lumiera doça d’una lampa a òli, entre Joseton e Mariseta, dins la palha, lo vedeu retrobat.

Entreren tots tres en silenci, de las larmas dins los uelhs. La mair prenguet sa filha per la man, lo pair e son filh, e Loïsson 'trapet lo bocin de còrda que pendilhava au còu dau vedelon. E tots tres coleren dins la nuech vers lo vilatge illuminat, d'onte lur venia la ramplelada de las clòchas e las prumieras mesuras d'un vielh chant de Nadau : « Aquel que dona aus reis corona, glòria, palais, dins un estable plan miserable anuech se plai ». E dins l'aer doç, una votz que venia sabe pas d'onte disia : « Glòria a Diu au pus naut dau Ceu e Patz sur la Terra aus òmes de Bona Volontat... » E torneren a la maison, onte lo vedelon demoret per totjorn, entre sos dos amics Joseton e Mariseta.

Bon, e ben aura qu'avetz 'gut vòstre conte de Nadau e qu'essujatz enquera vòstres uelhs dau cuenh de vòstre mocha-nas, laissatz-me vos contar coma 'chabet l'afar dins la realitat.

Quand lo pair veguet la lumiera per la fenestra, bombet defòra en badar : «  A ! las charonhas, ne'n era segur ! ». E quante 'ribet a la chabanòta, quò fuguet pas per se botar de jamuelhs e santificar le Senhor : butit la pòrta d'un grand còp de pè, trapet lo Joseton per los piaus e l'i fotet dietz còps de cintura per las jarras nudas ; pueiprès, balhet un bon coble de chantaurelhas a la Mariseta( es doç per las femnas), faguet surtir Tetaron a grands còps de pè dins lo cuòl, e tornet menar tot son tropeu a la boria en credar que quò 'nava pas se passar entau, que las fessas avian pas 'chabat de lur pialar, e que los sotliers qu'esperavan dins la chaminéia sirian gaire emplits l'endoman matin. Tant qu'a Tetaron, vedeu de lach de prumièra qualitat, lo vint-e-sieis au matin, se'n anet pers son darnier viatge. E lo Desfarjas s'apasimet un pauc quand aguet dins la pòcha lo cheque de Tetaron. Nadau o pas Nadau, los afars son los afars.

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Cronicas de Vent-l’i-Bufa - Joan GANHAIRE (Livre + CD)

Cronicas de Vent-l’i-Bufa - Joan GANHAIRE (Livre + CD)

Cronicas de Vent-l’i-Bufa - Joan GANHAIRE (Livre + CD). Un recueil de 18 de ses premières chroniques accompagnées de deux CD avec la voix de l’auteur, en occitan limousin. IEO Perigòrd Novelum.

Donnez votre avis