0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

La Vachèira - Una joinessa en montanha d'Ardecha - Alain CHARRE

L-9782381530598

Neuf

1 Elément

En stock

17,00 €

La Vachèira, Una joinessa en montanha d'Ardecha - Alain CHARRE. Racònte. Thérèse raconte sa jeunesse d’enfant loué, la vie et les mœurs en montagne ardéchoise dans la première moitié du XXe siècle. Livre en occitan. Éditions Nombre 7.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2020
Langueoccitan (alpin)
Pages210
Format15 x 21 cm
DistributeurÉditions Nombre 7
ISBN978-2-38153-059-8

Plus d'infos

La Vachèira - Una joinessa en montanha d'Ardecha - Alain CHARRE


Racònte.

« Li aiá sèt o uèt vachas e dos buòus ; un jorn, n’i a un que m’aiá esversada, dins lo bòsc… A uèt ans… Ò ! Si m’aiá tuada, ne’n restava encara… Ò garça, quanta vida ! Auriá mèlhs amat restar vèrs mos parents, travalhar a la bòria e panar los petits.
Quand fasiá marrit temps, aiá gis de parapluèia per m’abrigar, pas megius un empermeable ; fasiá un capuchon eme una bòtja e la botave sobre la tèsta ; m’acaptava las espatlas.
Lenguissiá mon ostau, manjave sens apetit ; pasmins, me bailavan a manjar, mè manjave pas sovent, aiá mau de ventre…»

Terèsa cònta sa joinessa de dròlla lojada e lo biais de viure en montanha d’Ardecha dins la prumèira mitat delh sègle XX.

Éditions Nombre 7.


L'auteur:
Alain Charre est né à Cros-de-Géorand (Ardèche) en 1952.

Traduction de la notice en français:

« Il y avait sept ou huit vaches et deux bœufs ; un jour, l’un d’entre eux m’avait renversée, dans le bois… À huit ans… Oh ! S’il m’avait tué, il en restait encore… Oh garce, quelle vie ! J’aurais mieux aimé rester chez mes parents, à la ferme et torcher les petits.
Quand il faisait mauvais temps, je n’avais pas de parapluie, même pas un imperméable ; je faisais un capuchon avec une boge et la posais sur ma tête ; elle me couvrait les épaules.
Je languissais ma maison, je mangeais sans appétit ; pourtant, on me donnait à manger, mais je ne mangeais pas souvent, j’avais mal au ventre... »
Thérèse raconte sa jeunesse d’enfant loué, la vie et les mœurs en montagne ardéchoise dans la première moitié du XXe siècle.


Introduction:

 Inspiré par ma mère, ce récit évoque sa jeunesse passée au Cros-de-Géorand, en Ardèche : témoignage sur une parcelle de vie dans la première moitié du XXe siècle, semblable à celle de bien des jeunes filles de la montagne.
Afin de ne froisser personne, les véritables patronymes et toponymes ont été remplacés. Il est vrai, que pour les gens d’aujourd’hui qui vivent dans la douceur, les gens du temps passé peuvent être perçus comme durs et austères ; en cela, il faut savoir qu’ils luttaient pour vivre et qu’ils le faisaient sans aide ni protection de l’état. Ils voulaient laisser à leurs enfants plus qu’ils avaient reçu de leurs parents. Nous pouvons leur reprocher bien des choses, mais pas leur lutte courageuse pour la vie. Il faut également savoir, que cette rudesse dissimulait un bon sens et une finesse d’esprit bien comprise des rayols*, qui affirmaient :
« Le pagel* est fin,
Il n’a de grossier que l’apparence »
Là-haut, sur le plateau, les temps ont bien changé depuis quatre-vingts ans ; aujourd’hui il y a de l’argent, les gens ne se nourrissent plus d’eau bouillie. Pour attirer les touristes, on couvre des ruines de feuilles d’or pour en faire des œuvres d’art. Que diraient les anciens s’ils voyaient cela ? Eux qui ne mangeaient pas à leur faim. Eux, qui avaient démoli les abbayes et emporté les pierres pour bâtir leur maison ; eux, qui payaient les genêts pour couvrir leur chaumière… Que diraient-ils, en nous voyant gaspiller l’électricité comme nous le faisons : trois lampadaires allumés par habitant, toute la nuit, pour illuminer les maisons du village ; eux qui s’éclairaient à la chandelle ? En voyant notre mode de vie, ils diraient que nous sommes devenus fous… et ils auraient un peu raison.
Ainsi, loin de moi l’idée de juger durement ces gens, mes parents, mes ancêtres…  Je sais que sans leurs sacrifices je ne serais pas né.


Prefaci:
Aqu’es un onor de prefaciar una òbra tan rara coma aquesta d’aicí. Dins lo mond entièr se sap que la Montanha d’Ardecha es un país supèrbe. Pasmens quau pòt dire uèi que sap encara dau bòn çò que foguèt la vida de la populacion qu’amondaut, per de centenas d’ans, lai brolhava, viviá, amava, trabalhava, esperava ?
Luènh de tot imatge estereotipat, quand auretz legit La Vachèira entrò la fin seretz d’aqueus que ne sabon un pauc mai sobre la condicion umana e singularament sobre la vida de las femnas d’Euròpa, que l’Alan Chara chausiguèt d’escotar la paraula d’una persona que passèt tant vau dire d’un mond en un autre. Per o faire, pacient, prenguèt lo temps d’acampar los mots de la Mamà que o vouguèt ben gaireben tot contar. Tot ? Ò qu’aí ! çò que l’òm ditz, mai çò que l’òm ditz pas totjorn… E aquí chaliá trobar la bòna distància, sens ren garar ni mai escondre per gardar tota la fòrça dau testimoniatge, e amb tota la necessària rigor quand s’agís de se sarrar de l’intimitat d’una persona unica que baila sa veritat.
Chausiguèt mai l’autor de respectar la lenga d’aqueste país, pròva d’atencion rarissima, e lo parlar dès lo Cròs eissaièt mai de lo pas traïr. L’òbra ganha aquí per los amoroses de l’occitan quaucòm d’inestimable, que dins chasca frasa li chap aumens un diamant. E sovent mai que d’un.
Aquesta publicacion pòt donc servir d’exemple, que permet de restituïr la singularitat d’una persona e d’un temps dins los mots ont se passèt sa joinessa. Aquò farà conéisser en totes una realitat sociala e istorica per lo plaser d’aqueus que, per comprene los temps que se passan, o eissuèblan pas tot dau passat.
Denis Capian, Institut d’estudis occitans (Ardecha)


Sommaire (SOMARI):
Mos parents, mon espelida
Lo Mont, mon ostau
Lo bestiau
Gardar a sièis ans
L’escòla
Gardar vèrs lo Mont
La guèrra 1939-1940, lojada vèrs Vernason
L’Ocupacion, 1940-1945
Menar una bòria
Lojada elh molin d’Aon e vèrs lo Gorièr
La religion
Las velhadas, la tuada
Vida de femna
Biais de viure
La nòvia 

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

La Vachèira - Una joinessa en montanha d'Ardecha - Alain CHARRE

La Vachèira - Una joinessa en montanha d'Ardecha - Alain CHARRE

La Vachèira, Una joinessa en montanha d'Ardecha - Alain CHARRE. Racònte. Thérèse raconte sa jeunesse d’enfant loué, la vie et les mœurs en montagne ardéchoise dans la première moitié du XXe siècle. Livre en occitan. Éditions Nombre 7.

Donnez votre avis