0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Linhas de temps - Linee di tempo - Daniele Dalmasso Agrandir

Linhas de temps - Linee di tempo - Daniele Dalmasso

L-9999000000286

Neuf

1 Elément

En stock

9,00 €

Linhas de temps - Linee di tempo. Poesias de Daniele Dalmasso. Lignes de temps. Tèxte occitan-italian, Chambra d'Òc.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2019
LangueOccitan aupenc + Italian
Pages124
Format12 x 19,4 cm
DistributeurChambra d'Òc

Plus d'infos

Linhas de temps - Linee di tempo - Daniele Dalmasso

Lignes de temps - Poesias de Daniele Dalmasso.

Tèxte occitan-italian

Chambra d'Òc.

Il existe une génération qui a encore entrevu - et peut-être vécu, avec des grands-parents ou à travers leurs yeux - un monde qui se terminait. Un vivant fidèle à des modèles désuets, presque antiques, apparemment inertes à l'évolution des temps récents. Et ils continuent de regarder ce monde, tout en étant fermement ancrés dans le présent : sans se sortir des contradictions mais sans même se laisser submerger par eux. Daniele Dalmasso appartient à cette génération et de cette expérience il puise sa substance dans son expression linguistique, musicale et poétique, à travers une langue qui, comme ses racines, s'enfonce dans la terre de ses pères, le Val Vermenagna où il a grandi.

Le choix d'écrire dans une "autre" langue, reléguée à une condition subordonnée à l'histoire, si d'une part elle permet de puiser dans un monde d'images puissantes et vives, comme le sont certains souvenirs d'enfance, d'autre part elle a aussi une forte valeur politique, dans la mesure où elle devient symbole d'une réaction à la pression des modèles sociaux et économiques et de leur pouvoir normalisateur, dans un monde où "tot se pòl chatar, decò la libertat" (Revelh) et d'où ont disparu les "maschas" et les "sarvans", pendant que nous sommes infestés par les technologies (Retornatz).

Dalmasso est un poète à la frontière : une frontière parfois subtile qui sépare un avant et un après, la montagne et la plaine, différentes langues, qui ne sont pas seulement l'occitan des hautes vallées et la plaine piémontaise ou ces variétés intermédiaires entre les deux , mais c'est aussi l'italien d'une scolarité importante et de la culture «haute» dans laquelle les catégories d'interprétation du monde actuel ont mûri. Et il est un poète qui traverse sans cesse ces frontières, qui sont ses compagnons, car celle de la crête entre ciel et terre est compagnon de pastres et contrebande / "gardiana d’las peaas esfonjaas dins lo temp" (Paradís perdut).

Au-dessus des montagnes, le théâtre de la vie d'avant, en dessous de la plaine brumeuse (ou enfumée pour les cheminées) où l'on est inévitablement entraîné par les événements: "chal tombar aval, coma tombon las peiras dal valon" (Adiu país). Le long des crêtes la liberté ("le nuech quand roub dins ai sumis l'a conduit / a cerchar la libertat ; Fogagna niera"), en dessous de la servitude. Mais ce jeu d'oppositions est fondamentalement ce que l'on retrouve chez de nombreux poètes occitans de ce côté des Alpes, territoire structurellement frontalier, à la fois dans les textes les meilleurs et les plus faibles. Et puis peut-être y a-t-il plus d'une génération entre un avant et un après, dans les presque soixante ans de production poétique occitane cisalpine après le début du mouvement occitaniste (pour certains provençalistes). Ils les lient "chronologies", comme celles qui titre cette collection poétique. Des lignes, parfois des portes, qui relient des poèmes et des poètes qui trouvent dans la langue de leurs ancêtres et dans leur vie expérimentent les mots pour dire la précarité de leur déracinement inévitable.

Et pourtant Dalmasso, qui malgré ses dénonciations et protestations contre les différents "Minjafuecs" (mangeurs de feu), propose en même temps quelques considérations plus désenchantéesc : "tot chambia, mas ren vai franc perdut" (Lo temp), et presque optimiste parfois, s'il est vrai que même dans ces moments de crise sont possibles les "premiers jours", où aux yeux d'une petite fille qui ouvre il est possible de voir "tuchi lhi reires / retornats al mond" (bien que le plus souvent le retour sur la montagne bien-aimée semble être réservé au vieil homme devenu sage de Foganha niera , ou à ceux qui, dans une perspective apocalyptique, fuient le concret, comme à Archa ou encore à ceux qui savent vivre dans le silence de la solitude comme à "Qui mielh de nosautri ?").

Mais Dalmasso ne finit pas par se raidir dans cette perspective, un passage apparemment inévitable pour ceux qui choisissent de poétiser en occitan de nos vallées, et laissent une large place à l'intimité des petites choses (Cotèl, Bici, Cubèrt), du monde naturel observé par celui qui y a toujours vécu et en connaît le rythme essentiel (Abelha, Revelh, Temporal, La Poslinera, Plòu ...).

Enfin, quelques mots sur la langue. Dalmasso écrit dans une langue littéraire, avec des lignes parfois fortement rythmiques - l'auteur de chansons occitanes se reconnaît - où nous aurions du mal à reconnaître des vernantins ou des limonais spécifiques, si nous voulions les chercher là où leurs racines linguistiques s'enfoncent, sauf peut-être "neige" de Chantapernitz, qui, cependant, rejoint "néu" dans Paradís perdut. L'écriture classique contribue certainement à ce départ, par exemple comparer la version double de Frema / Frëmma, avec la version transcrite avec une écriture d'inspiration vague Mistral (similaire à l'écriture de l'Escolo dóu Po) qui reste plus proche de la parole. Mais au-delà de l'orthographe, il y a des choix qui révèlent un désir clair de ne pas rester ancré dans le dialecte natif, à la fois en acceptant des termes abstraits et cultivés étrangers à la tradition locale, qui entrent ici, comme on peut s'y attendre, de l'italien, et en adoptant des formes occitanes comme le prétérit, le temps du verbe a disparu dans les variétés cisalpines, mais commun à travers les Alpes: "tuchi lhi Matè de torn venderon sa maire" (Chapolums), "Dal temp d'autri lops preneron I command it" (Lops). Ce n'est pas une opération si évidente ou à regarder avec trop de suffisance ; Je pense plutôt qu'il est ambitieux, presque irréaliste dans la mesure où les tentatives de "construire" la variété cultivée d'une langue qui a vécu sur les lèvres des bergers et des montagnards depuis des siècles restent isolées sur les plumes de quelques écrivains. Mais en gros, composer des poèmes dans une langue minoritaire est en soi une opération doublement poétique, c'est-à-dire créatrice, en ce sens qu'en composant des versets la langue elle-même est composée. En ce sens, continuer à écrire en occitan cisalpin est un moyen de nourrir la langue de mots et de beauté.

Matteo Rivoira

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Linhas de temps - Linee di tempo - Daniele Dalmasso

Linhas de temps - Linee di tempo - Daniele Dalmasso

Linhas de temps - Linee di tempo. Poesias de Daniele Dalmasso. Lignes de temps. Tèxte occitan-italian, Chambra d'Òc.

Donnez votre avis