0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

L'icòna dins l'iscla - Robert Lafont - ATS 43

L-ATS-43

Neuf

17 Eléments

En stock

2,00 €

-63.64%

5,50 €

L'icòna dins l'iscla - Robert Lafont. Faula (fable). Sept Français passent leurs vacances sur une île de la Méditerranée. Cette île imaginaire et désertique, près de la Crête, n’est habitée que par un couple de pêcheurs grecs et deux de leurs amis. Eclate la guerre atomique... Collection A Tots n°43. IEO Edicions

Plus de détails

STATIC BLOCK

Réduction volume

QuantitéRéductionVous économisez
2 72.73% jusqu'à 2,91 €
5 81.82% jusqu'à 8,18 €

Fiche de données

TypeBroché
Année1979
Langueoccitan (provençal)
Pages128
Format11 x 18 cm
DistributeurIEO edicions - IDECO
LabelA tots

Plus d'infos

L'icòna dins l'iscla - Robert Lafont - A Tots 43


A cima de rega se revira l'atalatge e se tòrna començar la conquista paciènta dau tèmps. Antau s'escriu pèr laurar lis oras. Pèr durar. Quant fai de setmanadas que dure d'aquela maniera ?


Sept Français passent leurs vacances sur une île de la Méditerranée. Cette île imaginaire et désertique, près de la Crête, n’est habitée que par un couple de pêcheurs grecs et deux de leurs amis. Eclate la guerre atomique. Tel-Aviv attaquée riposte par une bombe atomique sur Bagdad. Ce qui entraîne un conflit international et l’escalade des armes nucléaires entre l’U.R.S.S., la Chine et les Etats-Unis. L’île, espace paradisiaque des vacanciers insouciants, devient une prison apocalyptique d’où les survivants doivent confronter les pires cataclysmes qui s ́evissent après l’explosion nucléaire: pluies diluviennes, tempêtes, empoisonnement atmosphérique, pourriture lente et nauséabonde de centaines d’oiseaux et de poissons morts, carcasses de bateaux que la mer inbibée de mazout d ́echarge sur les rives. L’espace extérieur devient de jour en jour plus menaçant pour ces hommes et ces femmes qui sont faits prisonniers.

Ecrire devient pour le narrateur le moyen de survivre. L’acte d’écrire est la preuve irréfutable qu’on est toujours en vie et représente aussi l’espoir de communication avec autrui. Pour écrire, le narrateur prend souvent place sur le point le plus élevé de l’île, "de là, je peux voir tout le cercle de la mer; le soir, j’aperçois les hautes montagnes de Crète” (Lafont 22). Le sommet de l’île devient donc le point stratégique d’où il est possible d’évaluer les dommages de la catastrophe nucléaire.


Collection A Tots n°43, IEO edicions.


Obras narrativas de Robert Lafont:

I - VIDA DE JOAN LARSINHAC

II - LI CAMINS DE LA SABA

III- LI MAIRES D’ANGUILAS.

IV - TE TU TE IEU.

V - L’ICÒNA DINS L’ISCLA.


L'auteur:

Robert Lafont (Nîmes, 16 mars 1923 - Florença (Itàlia), 24 juin 2009) était poète, penseur, essayiste, linguiste, écrivain de théâtre, historien (de la littérature et médieviste), homme politique, romancier, polyglotte... et grand amoureux de la langue occitane !
L’occitan de Lafont lui est probablement venu de ses grands-parents, tous deux nîmois, qu’il côtoyait pendant les vacances et, peut être même, pendant certaines années scolaires.


Extrait:

A CIMA de rega se revira l’atalatge e se tòrna començar la conquista paciènta dautèmps.  Antau  s’escriu  pèr  laurar  lis  oras.  Pèr  durar.  Quant  fai  de  setmanadas  que  dured’aquela  maniera?  Tres  ò  quatre,  que  prene  setèmbre.  m’arrèste  d’escriure  a  la  nuech,me i grope mai a l’auba. M’aplante pèr me passejar sus l’iscla, perfiechament sol, sènsespèr d’una vòtz d’òme, d’un quilar d’aucèu, d’un rondinar d’avion. m’aplante pèr tiraruna consèrva dau molonet qu’a dicha se demesís, pèr la dobrir, pèr mastegar lentamentfrucha  ò  carn  en  agachant  l’orizont  ara  vuege,  solelhós,  esplendid.  Tòrne  a  la  rega.  Aiabenat un gredon, mai n’ aviáu tres de resèrva. Amb tot lo papier qu’ai recampat, faraitirar de tèmps encara. Sabe qu’escriurai après qu’aguèsse plus rèn pèr brifar, de tant quema man aurà pron de fòrça, l’esperit pron de clartat. Passada la rara de la fam, l’escrich m’acompanharà luenh sus lo camin de ma mòrt.
Durar, se viure. Vejaire m’es que dins toti li tèmps, es aquò que volián li gènts enchimarrant  lo  papirús,  lo  pergamin,  lo  papier,  fòrça  mai  que  de  parlar  a  la  posteritat.  Ebalhe ieu un sentit definitiu a aqueu grand solaç d’èstre de tota l’espécia, ara quel’espécia  se  morís  dins  mis  espèrras.  Adonc  quiche  lo  gredon  e  entière  de  mots,  quetique sián. Prene lo racònte d’aqueste estiu tombant ont que siá, lo recomènce, lo còpe el’envertolhe. Me desfautèsse d’escriure, segur que virariáu baug. m’avisère ièr qu’aiperdut la paraula. Li labras e la gargamèla ne dessabon lèu la costuma. Auriáu degutm’esforçar de parlar solet, luchar còntra la paur de trencar aqueu silènci. Ara es tròptard. Demòra lo papier.
Segur que l’idèa de la botelha a la mar, l’aguère. De botelha ne tustère una dau pè dela  calanca,  aquí  que  s’amolonan  li  bordilhas  de  la  mar:  encara  i  aviá  l’etiqueta,  la  d’unvin d’Euròpa, de chianti, çò crese. Me pensave que se podiá pas que l’umanitat foguèssemòrta tota. D’autris òmes, de pichòti comunitats sai que, se mantènon sus d’isclas comala  mieuna,  dins  de  montanhas  protegidas  sauvertosas,  sota  terra  dins  de  carbonieras,  òdins de sostas que pèr aquò se faguèron. Veguère un còp a Freiburg im Breisgau lo serreforestier soscavat d’abrics.
M’imaginave  que  quauqu’un  trobèsse  mon  messatge;  tafurave  entre  li  ròcas  en  cercad’un tap ò de quicòm que semblèsse. De tap n’ i aviá ges. Auriá servit a rèn, la rason meo diguèt. Abans que la botelha quitament ajonheguèsse una còsta, seriáu mòrt de la fam,e  lis  autres  tanbèn.  E  mai  s’es  pas  de  la  fam,  serà  dau  mau  qu’es  dins  l’èr  qu’alenam,dins l’ondada qu’aflòca, que me dintra sota pèu amb l’escandilha, que me noirís la plagapas polida a la cavilha.

[...]


Article critique:

Lorsque Robert Lafont, en 1971, publia L’icòna dins l’iscla dans les éditions en occitan de L’Institut d’estudis occitans, il accola le nom faula ou fable au titre de son récit. Malheureusement, dix ans plus tard, la traduction française aux  éditions Fédérop changea le genre de l’ouvrage en “roman.”

C’est a titre de “nouvelle courte” ou de fable, et non de roman, qu’il faut lire L’icòna dins l’iscla. Car le genre littéraire choisi par l’auteur est un indice qu’il ne faut pas négliger. Notamment il est important de se demander le pourquoi de ce choix. L’explication la plus plausible, comme le rappelle William Calin, est que Lafont veut développer une tradition littéraire pour propager l’usage et l’image du langage d’oc en employant tous les genres et modes à sa disposition. Il résume ainsi la tentative lafontienne: “Lafont est le Victor Hugo de l’occitan moderne” (Calin 236).

Extrait de l'aticle "Le Cercle dystopique dans L’Icòna dins l’iscla, fable en occitan de Robert Lafont, par le Dr. Danièle J. Buchler, Romance Languages and Literatures, University of Florida, Gainesville FL 32611, publié in Tenso, 2004.

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

L'icòna dins l'iscla - Robert Lafont - ATS 43

L'icòna dins l'iscla - Robert Lafont - ATS 43

L'icòna dins l'iscla - Robert Lafont. Faula (fable). Sept Français passent leurs vacances sur une île de la Méditerranée. Cette île imaginaire et désertique, près de la Crête, n’est habitée que par un couple de pêcheurs grecs et deux de leurs amis. Eclate la guerre atomique... Collection A Tots n°43. IEO Edicions

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Télécharger

L’icòna dins l’iscla - R.Lafont

Le Cercle dystopique dans L’icòna dins l’iscla, Article de Danièle J. Buchler

Télécharger (64.66k)