0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Textes occitans de la Comuna de Marselha - Glaudi Barsotti

Basé sur 1 avis

Voir les avis

L-9782918112617

Neuf

6 Eléments

En stock

15,00 €

Textes occitans de la Comuna de Marselha - Cet ouvrage de Glaudi Barsotti présente l'histoire de la Commune de Marseille entre 1870 et 1871, à partir de l'analyse de textes en provençal maritime, l'occitan de Marseille. Livre avec la traduction française des textes en occitan en fin d'ouvrage et un cahier iconographique. 

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2018
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages132 - 180
Format18,6 x 1,1 x 16,2 cm
DistributeurIEO edicions - IDECO
LabelL’atinoir
ISBN978-2-918112-61-5

Plus d'infos

Textes occitans de la Comuna de Marselha -  Glaudi Barsotti

Ce livre sur les textes occitans commentés de la Commune de Marseille de Claude Barsotti est une étude historique apportant un regard nouveau sur l’histoire méconnue de la Commune de Marseille (1870-1871) à partir d’une analyse de textes inédits en provençal maritime, l’occitan de Marseille. Ce travail vient compléter la contribution à l’ouvrage collectif "Autour de la Commune de Marseille" paru en 2013 aux éditions Syllepse/Promemo.

Après l'écrasement de la Commune de Paris, les gouvernements de Thiers puis celui dit de ''l'Ordre moral'', poursuivent la répression. A Marseille, la ville demeure en état de siège jusqu'en 1876 et le général Espivent ordonne les rafles et les descentes de police et fait arrêter des personnes qui s'étaient contentées de manifester seulement le 4 septembre 1870 ! C'est la République qui est visée. L'Internationale est impitoyablement traquée. Mais, après le coup d'état de Mac-Mahon le 16 mai 1877 et les élections des 14 et 28 octobre 1877 qui donnent une majorité républicaine à la Chambre des Députés, la République est bien établie. La chanson ''Le pain maudit'', d'Aristobule Baux, constitue une illustration des difficultés endurées par les familles des communards emprisonnés ou déportés en Algérie et en Nouvelle Calédonie.

Brève mais intense, la Commune de Marseille, au printemps 1871, a inspiré la créativité des chansonniers, mieux armés que les journalistes, contre la censure. Glaudi Barsotti a réuni ses textes, et les présente dans leur riche contexte révolutionnaire.

L'ouvrage comprend une étude de Claude Barsotti avec une préface de Pierre Assante et une postface de Bernard Regaudiat en occitan, un cahier iconographique, une traduction française.


Coédition L’atinoir - Institut d’Études Occitanes (IEO).

Préface:


Quel est le contexte social de la France quand éclatent les Communes ? Si le travail est douloureux, contraignant, chacun pourtant en est fier, dans son champ, son atelier, sa maison, fier des capacités qu'on peut montrer aux autres et à soi- même et des moyens de vivre qu'il permet.
Mais voilà que l'industrialisation bouleverse ce monde du travail, de la production qui fournit les biens nécessaires à la vie et fait la fierté et une raison de vivre de la plus grande partie de la population. La personnalité que donne l'activité, le travail, se voit niée. Les transformations, trop rapides pour pouvoir être assimilées, laissent une masse de ruraux et de citadins désorientés.
Pourtant, quelques décennies plus tôt, un peuple s'est rassemblé pour chasser les aristocrates et leur domination, leur mainmise sur la nourriture, l'organisation de la vie et les misères induites. Pour cela, il a fallu construire une solidarité nationale dépassant la solidarité villageoise ou du quartier. Il a fallu prendre les armes contre les rois coalisés qui menaçaient la nouvelle propriété de la terre largement diffusée.
Mais, brutalement, des paysans qui avaient voté massivement pour l'Empire représentant à leurs yeux la révolution, sont chassés de cette nouvelle petite propriété de la terre vers les usines parce que cette terre ne leur donne plus les moyens de vivre. Le marché des produits de la terre devient inaccessible aux plus petits. Les artisans des villes deviennent portion congrue. Dans les fabriques on ne décide plus de ce que l'on doit faire comme lorsqu'on gérait sa ferme, son atelier, même si on devait donner une part de son travail à des privilégiés. Les femmes et les enfants doivent travailler dans l'industrie. Ils apprennent à le faire pour avoir les ressources à la vie de la famille ou pour elles-mêmes et leurs enfants, car beaucoup de familles se dissolvent dans ces bouleversements.
Cette solidarité devenue nationale qu'avait forgée la communauté d'intérêts est brisée par la défaite, par l'aventure de la guerre de l'Empereur contre les Prussiens. Ceux qui avaient pris en main les destinées du pays rassemblé sont résignés, prêts à collaborer avec les vainqueurs. Même les familles paysannes dont un enfant était parti à la guerre quelques années plus tôt, car la nation c'était cette propriété de la terre, car la nation, c'était l'enrichissement du petit bourgeois citadin.
La population sait qu'elle souffre au quotidien. Elle comprend vaguement que les valeurs de solidarité sont bafouées, que ces grands bourgeois qui ont succédé aux nobles, sont plus intéressés à leurs affaires qu'aux principes déclamés sur la nation. Dans les couches sociales moyennes des villes en particulier va naître une volonté de résister à l'envahisseur prussien mêlée à celle de plus de justice sociale, de vivre mieux, d'être mieux considéré et de sortir de la misère pour les plus pauvres. L'alliance est virtuellement présente et prête à se concrétiser.
Marseille est depuis longtemps dominée par les pouvoirs centralisés de la monarchie absolue puis d'une révolution bourgeoise et enfin d'un État bourgeois [...]

Table des matières:


PREFACI    3
PREAMBUL    7
CANÇON SUS LEIS ELECTIONS DE 1869    14
TÈXTES SUS LO PELBISCIT    18
CANÇON SUS LA REPUBLICA    28
TÈXTES SUS LA COMUNA    29
TÈXTES SUS LA REPRESSION DEI COMUNARDS    39
TÈXTES SUS LO REMPLAÇAMENT DE L'ESTATUT DE SANT TREFUME 47
LEIÇON DE MORALA    53
NÒTAS SUS L'OCCITAN MARSELHÉS    59
CONCLUSION    57
POSTFACI    60
ILLUSTRACIONS/ILLUSTRATIONS    62


PRÉFACE    74
TEXTES OCCITANS DE LA COMMUNE DE MARSEILLE    77
CHANSON SUR LES ÉLECTIONS DE 1869    85
TEXTES SUR LE PLÉBISCITE    88
CHANSON SUR LA RÉPUBLIQUE    98
TEXTES SUR LA COMMUNE    99
TEXTES SUR LA RÉPRESSION DES COMMUNARDS    109
TEXTES SUR LE REMPLACEMENT DE LA STATUE DE SAINT TROPHIE    118
LEÇON DE MORALE    123
CONCLUSION    129
POSTFACE    130
BIBLIOGRAFIA SOMARIA / BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE    132

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Textes occitans de la Comuna de Marselha - Glaudi Barsotti

Textes occitans de la Comuna de Marselha - Glaudi Barsotti

Textes occitans de la Comuna de Marselha - Cet ouvrage de Glaudi Barsotti présente l'histoire de la Commune de Marseille entre 1870 et 1871, à partir de l'analyse de textes en provençal maritime, l'occitan de Marseille. Livre avec la traduction française des textes en occitan en fin d'ouvrage et un cahier iconographique. 

Donnez votre avis

Avis clients

Avis à propos du produit
0
1★
0
2★
0
3★
0
4★
1
5★
10/10


Basé sur 1 avis

  • Monique L.
    Publié le 17/05/2018 à 21:50 (Date de commande : 07/04/2018)
    5

    Un grand mercé a Glaudi Barsòtti d'aver fach sortir de l'ombra tots aquèleis autors. Es lo testimòni d'una epòca de luchas que fau pas oblidar : un grand plasèr a lo legir.



Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...