0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

De quauquei fugidas - Michel Miniussi

L-9782950951988

Neuf

1 Elément

En stock

22,00 €

De quauquei fugidas - Michel Miniussi. Un bildungsroman autobiographique d’une grande originalité, à la fois baroque et profond. Ces « fuites » sont autant de fables, vécues ou imaginées, qui racontent les tribulations, souffrances et découvertes du jeune auteur. Récit de la recherche et de la construction de soi, à la fin de l'adolescence. Édition bilingue. Les amis de Michel Miniussi.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2019
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages226
Format17 x 24 cm
DistributeurLes Amis de Michel Minussi
ISBN978-2-9509519-8-8

Plus d'infos

De quauquei fugidas - Michel Miniussi


Si le précédent recueil publié, Ciutats d'oc, réunissait différents écrits du jeune écrivain, dans lesquels il évoquait magnifiquement les villes occitanes vues sous de multiples angles, à des moments différents, le nouvel ouvrage a, lui, une tout autre unité. Et une tout autre portée.


Écrit à 19 ans, ce récit inaugural est en effet un récit qui est celui de la recherche et de la construction de soi, à la fin de l'adolescence, sous le signe paradoxal de la fuite, dans une langue qui elle-même « échappe », en même temps d'ailleurs qu'elle « vient toute seule » (.« Venguèt soleta, basta d'agantar la ploma » : « elle est venue toute seule, il a suffi de prendre la plume », dit le narrateur).
Et, tout bien considéré, il me semble en fait qu'une telle oeuvre dans sa démarche créatrice, dans son écriture, dans l'usage qu'elle fait du provençal à la fin du siècle passé, va bien plus loin que son temps et que son auteur.
Elle ne peut qu'entrer, comme prémonitoirement, en résonance avec la situation actuelle du pays d'oc et de l'occitan. Et surtout avec la situation « existentielle » des jeunes écrivains qui ont choisi de « mettre en oeuvre » cette langue en 2019 .
Ne croirait-on pas qu'il s'adresse à eux, le narrateur des Fugidas, lorsqu'il écrit : « Vous, enlisés là, dans ce néant, cette langue qui se déchire, qui se meurt, dans un pays qui s'enfuit... »?
Mais l'oeuvre, justement, est là, en provençal, pour montrer que tout est à regagner, à conquérir, dans la vie et dans la langue. Les Fugidas évoquent une expédition - une fuite - dans le pays de Grasse, une escapade, donc, qui est l'occasion pour les protagonistes de découvrir en profondeur des paysages qui sont ceux du passé, certes, mais dont ils font l'expérience vivante au présent : « ll est d fjàcile d'oublier le pays qui entoure votre récit. Il existe toujours, il change de forme, il reste encore, et pour longtemps. » Et les gens du lieu aussi sont présents, avec les traces de leur langue, comme cette vieille habitante de Cabris qui parle encore provençal, avec des mots de « figon », « ce parler ligure arrivé en Provence orientale au Moven-Âge ».
Michel Miniussi montre donc, à l'usage des jeunes auteurs occitans, qu'alors même que tout peut sembler détruit dans cet univers de langue d'oc, tout peut toujours être sauvé, mais qu'il y faut le travail patient de l' écriture.
Et peut-être aussi, ce qui est plus rare, mais qui s'est vérifié dans son cas, pour notre plus grand bonheur de lecteurs : la grâce.

Joan-Pèire Tardiu.


Édition bilingue avec une traduction en français de Jean-Claude Forêt, une préface de Philippe Gardy,et des illustrations de Jérôme Maligne (artiste antibois de TransArtcaf).

Jean-Pierre Tardif et Frédéric Voilley se sont occupés de la relecture.

Édité par Les Amis de Michel Miniussi.


L'auteur:
 Michel Miniussi est né le 15 août 1956. Il passe sa jeunesse à Cannes dans sa famille maternelle, provençale de longue tradition. Vers 17 ans, il entre en contact avec le groupe de langue occitane de Nice et participe activement à la parution de leur revue "la Beluga". Il poursuit ses études universitaires à Montpellier, sous la direction de Robert Lafont et se spécialise dans la littérature occitane dont il devient un élément actif, rigoureux dans son écriture, brillant et créateur.
Conservateur de bibliothèque en Pays d´Oc, il entretient une correspondance riche et régulière avec les écrivains de langue occitane.
Par ailleurs, il écrit et publie, souvent anonymement ou sous un pseudonyme, dans la revue OC, dont il devient rédacteur dès 1986, de lettres, notes littéraires, études d’auteurs, poèmes, essais...
En 1988, paraît son premier roman, Jiròni, aux éditions Jorn/Fédérop (présenté par Robert Lafont).
Tombé gravement malade en 1981, il poursuit avec ténacité son œuvre écrite et continue à promouvoir efficacement la revue OC, faisant preuve d’exigence dans le choix des textes publiés, comme dans leur qualité littéraire.
Son deuxième roman, dont le manuscrit est confié aux éditions OC peu avant sa mort, Lei Passatemps, paraît au début de l’année 1994 et lui vaut le Prix littéraire Antigone, la même année à Montpellier.
Michel Miniussi décède le 9 Janvier 1992, en laissant une somme considérable d’écrits non encore publiés.



Articles critiques:

L’association « Les amis de Michel Miniussi » publie ce long texte de jeunesse de Michel Miniussi.

Face à ces temps incertains à bien des égards, socialement bien sûr, anthropologiquement même et pour nous occitanistes, désespérants du fait de notre solitude, il est un grand plaisir que d‘évoquer « Quauquei fugidas ». Nous ferons fi donc de la remise en cause progressive et désormais irréversible semble t-il de l’enseignement de l’occitan dans le cursus de l’enseignement public, rendant grâce à ce que fut l’éclosion d’un nouveau talent de la littérature d’oc : il a surgi de la Provence orientale, il y a plus de 40 ans sous la férule de l’occitanisme littéraire, parmi les plus ambitieux avec un certain Robert Lafont comme mentor.

Michel Miniussi n’avait pas tout à fait vingt ans vers 1974 quand, étudiant en khâgne de Nice, il a mis le pied à l’étrier de la littérature d’oc en jeune prodige doté déjà d’une érudition singulière, parfois peut-être jusqu’à l’arrogance et d’un talent littéraire indéniable qui va assez vite s’affirmer. De ses textes initiaux, retenons ces quelques fuites « Quauquei fugidas » en trois parties, exercice où il se frottera à la créativité littéraire, quête de style aussi… par cette langue encore aujourd’hui si méprisée. Ainsi son initiation de jeune littérateur se fit. Dans ces « quelques fuites » s’affûtent déjà les grandes lignes qui permettront plus tard la réalisation de son roman « Lei Passatemps » où se mettra en scène la quintessence de son travail, œuvre de maturation.

Il s’agit bien sûr d’une époque où l’attrait pour la culture ne s’était pas encore totalement étiolé, notamment celle d’oc, moment où les séries désormais à la mode n’avaient pas encore pris le pas sur le cinéma des Pasolini, Fellini ou Bergman, où la poésie n’était pas abandonné par ses lecteurs potentiels.

Découvrir les textes en provençal de ce jeune écrivain aujourd’hui surprend du fait de leur ambition, d’une certaine volonté d’aller vers la virtuosité et aussi en reflet de la vibration d’une époque… et donne du baume au cœur car au-delà de sa connaissance du lexique et de la littérature d’oc déjà parachevée sous la houlette de son mentor Robert Lafont et de ses disciples, voilà la naissance d’une prose élégante sur les traces des grands prosateurs d’expression provençale et plus largement occitane. En outre, comme il est émouvant de découvrir le flou, les hésitations du désir, sachant depuis, le cours du destin, ce que fut la réponse de l’oracle.

Il y a deux citations en page de garde, l’une du poète Pétrarque, grand admirateur d’Arnaud Daniel, le troubadour de Ribérac et l’autre de Philippe Gardy, auteur et critique littéraire contemporain.

« Cette figure de l’univers qui s’enferme sur lui même, qui se construit sur ses propres lois de fonctionnement dans une fuite et à la fois un refus de l’univers des Hommes historiques, peut apparaître comme le signe majeur de l’idéologie de la littérature en pays occitan » dit celle de Philippe Gardy.

Il est émouvant de voir apparaître les prémices d’une vocation littéraire mais pourquoi le choix de cette langue minorisée de la part de ce jeune adulte si peu politisé ? Michel Miniussi dévoile son tempérament d’écrivain, envisageant presque semble t-il la littérature comme voie de salut en pèlerin discret comme pour cultiver sa distance à l’égard du monde, son jardin secret.

« Depuis trois mois déjà, ils fuyaient », ainsi commence ce texte de jeunesse évoquant dès la première page l’église de Vallauris, des figures maghrébines et le marché, le tout pris dans une ambiance onirique. La langue est claire, un provençal bien charpenté, maitrisé mais laissant parfois se prendre dans ses filets quelques mots d’un dialecte voisin, le languedocien comme « espiar » (plutôt qu’agachar )ou « somiar » (plutôt que pantaiar) ou encore le suranné « antau » en provençal et non ansin, populaire dans le provençal parlé à l’époque, tout ceci dans une tradition bien lafontienne. Il s’agit de dériver en rêverie, une divagation où la parole dans cette langue qui se déchire s’ancre en un lieu, « j’ai assez eu cherché pour ne pas trouver. Je m’étais noyé en un jeu de miroirs. » dit-il.

Michel Miniussi poursuit son road-movie pas très loin, Mouans-Sartoux, Grasse, cette Provence si peu présente habituellement dans la prose occitane.

« Dire, tout est là. Le restant se perd au dehors. Je crée en ma tête. Je donne forme à des images qui courent. Je les attrape lorsqu’elles sont fantômes juste nées dans les labyrinthes de mon cerveau. »

Le jeu littéraire se poursuit, volontiers baroque, diapré de prose poétique, nimbé de petits clins d’œil d’érudition avec toujours cette délectation de faire marcher la langue à travers la découverte d’un micro-espace issu d’une connaissance approfondie. Parfois, il conviendra de regarder sous le pli du voile diaphane. Dans « Quauquei fugidas », Michel Miniussi nous invite à moment donné à une sorte d’école buissonnière où comme des gosses espiègles nous quitterions les sempiternelles pesanteurs du réel.

« Le pays ne mourait pas, il oubliait sa propre vie, s’abandonnait. Les brumes matinales effaçaient les formes. Les gouttes de rosée, en suspension aux feuilles et aux branches, étaient aux couleurs un être plus puissant et finalement pas seulement rêvé, fantasmé. »

Il y a aussi parfois comme l’écho d’antiques moments de volupté jusqu’à l’impudique, la langue le permet : « Quelques heures ont passé et le soleil a baissé suffisamment pour que l’ombre noie tout, que le froid se fasse sentir sur les peaux trempées d’unesueur nouvelle. Ils se sont habillés à nouveau, se sont retirés les feuilles des cheveux qui les faisaient ressembler à d’antiques divinités agrestes. »
 
Tout fait ventre dans cette prose post-adolescente où culture savante et culture populaire s’entrecroisent : au détour du chapitre « le rat », surgit soudain une de ces devinettes que les paysans adoraient lancer à la cantonade, lors de la veillée ou aux moments de repos : « Qu’est ce ? Qu’est ce que c’est qui est labouré mais où la charrue n’est jamais passée ? »

Pour conclure même si l’on a conscience que souvent il use de la langue d’oc comme d’un paravent, il est très émouvant de se rendre compte qu’à la façon de Frédéric Mistral dès l’écriture de Mireille, il nous livre ici ses premiers émois dans une phraséologie en quête de lyrisme, mais un peu balbutiante :

« Le soleil qui avait baissé le poussait en avant et le rouge du ciel se mêlait sensuellement aussi à celui des lèvres qu’une jeune femme lui offrait, par les portes, en ses bras. Qu’il s’abandonne à sa volonté qui dès maintenant prenait le gouvernail, sur son lit couleur sable si doux. La danse de leurs corps se prolongeait, avec l’éparpillement de ses vêtements comme nuée de corneilles en sa chambre, se mettant en sourdine leurs voix d’étreinte en étreinte et de souffles mêlés se tarissant au plus profond, refusant l’incongru de leur rencontre. »

Il est troublant donc et encourageant de lire ce texte d’un jeune homme des années 70 s’élançant avec ferveur dans le sillage des plus grands prosateurs d’oc, une voix fauchée trop tôt qui commençait déjà à trouver son chemin dans sa quête de maturité et son cap déjà bien défini, une voie qui sera parachevée avec « Lei passa temps ».


Article publié le 16/04/2020 sur Emboligol, le blog bilingue Français/Occitan de Thierry Offre.


---


Au mois de décembre dernier nous présentions Ciutats d'Oc de Michel Miniussi, ce jeune écrivain occitan trop tôt disparu qui a déjà été plusieurs fois à l'honneur dans ce blog.  Nous sommes heureux aujourd'hui de parler de son dernier livre  De quauquei fugidas dont l'édition bilingue occitan-français a reçu les meilleures attentions de ses amis. Jean-Claude Forest s'est chargé de la traduction en français, Philippe Gardy a rédigé la préface, Jean-Pierre Tardif et Frédéric Voilley se sont occupés de la relecture. Jérôme Maligne a pour sa part réalisé les 18 gravures qui composent la couverture et les illustrations. Mais laissons à Jean-Pierre Tardif le soin de nous présenter le contenu de ce beau livre.

Si le précédent recueil de Michel Miniussi, Ciutats d'oc, était composé de différents écrits du jeune écrivain réunis par ses amis et dans lesquels il évoquait magnifiquement les villes occitanes vues sous de multiples angles, de façon quelque peu kaléidoscopique, celui-ci, De quauquei fugidas, a une tout autre unité. Et une tout autre portée.

Écrit à 19 ans, ce récit inaugural est en effet celui de la recherche et de la construction de soi, à la fin de l'adolescence, sous le signe paradoxal de la fuite, dans une langue qui elle-même « échappe », en même temps d'ailleurs qu'elle « vient toute seule » : « Venguèt soleta, basta d'agantar la ploma » : « elle est venue toute seule, il a suffi de prendre la plume », écrit le narrateur.

Mais une telle œuvre dans sa démarche créatrice, dans son écriture, dans l'usage qu'elle fait du provençal à la fin du siècle passé, va bien plus loin que son temps et que son auteur. Elle entre, comme prémonitoirement, en résonance avec la situation actuelle du pays d'oc et de sa langue. Et en particulier avec la situation « existentielle » des jeunes écrivains qui ont choisi de « mettre en œuvre » cette langue en plein XXI e siècle.

Ne croirait-on pas qu'il s'adresse à eux, le narrateur des Fugidas, lorsqu'il écrit :
« Vous, enlisés là, dans ce néant, cette langue qui se déchire, qui se meurt, dans un pays qui s'enfuit... » ?

Mais l’œuvre, justement, est là, en provençal, pour montrer que tout est à regagner, à conquérir, dans la vie et dans la langue. Les Fugidas évoquent une expédition -une fuite- dans le pays de Grasse, une escapade, donc, qui est l'occasion pour les protagonistes de découvrir en profondeur des paysages qui sont ceux du passé, certes, mais dont ils font l'expérience vivante au présent : « Il est difficile d'oublier le pays qui entoure votre récit. Il existe toujours, il change de forme, il reste encore, et pour longtemps. » Et les gens du lieu aussi sont présents, avec les traces de leur langue, comme cette vieille habitante de Cabris qui parle encore provençal, avec des mots de « figon », « ce parler ligure arrivé en Provence orientale au Moyen-Age. » Ainsi, alors même que tout peut sembler détruit dans cet univers de langue d'oc, l'essentiel peut en fait toujours être sauvé. Mais il y faut le travail patient de l'écriture.

Et peut-être aussi, ce qui est plus rare, et qui, pour notre plus grand bonheur de lecteurs, s'est vérifié dans le cas de Michel Miniussi : la grâce.
 
Article de Jean-Pierre Tardif, publié le 30 octobre 2019 sur le blog "L'oiseau de feu du Garlaban".

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

De quauquei fugidas - Michel Miniussi

De quauquei fugidas - Michel Miniussi

De quauquei fugidas - Michel Miniussi. Un bildungsroman autobiographique d’une grande originalité, à la fois baroque et profond. Ces « fuites » sont autant de fables, vécues ou imaginées, qui racontent les tribulations, souffrances et découvertes du jeune auteur. Récit de la recherche et de la construction de soi, à la fin de l'adolescence. Édition bilingue. Les amis de Michel Miniussi.

Donnez votre avis