0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

L'Eternitat estraviada (L'Éternité égarée) - Jean-Yves Casanova

L-9782917111413

Neuf

1 Elément

En stock

13,00 €

L'Eternitat estraviada (L'Éternité égarée) - Recueil de quatre nouvelles de Jean-Yves Casanova, préoccupées par l'attente, le devenir des gens, de leurs personnalités, de leurs pensées, des corps comme des âmes, devenir qu'accompagne la fuite du temps...

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2017
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages148
Format10 x 17.5 cm
DistributeurL'aucèu libre
ISBN978-2-917111-41-3

Plus d'infos

L'Eternitat estraviada (L'Éternité égarée) - Jean-Yves Casanova

Recueil de nouvelles en occitan provençal, avec la version française de l'auteur.

Ces quatre nouvelles de Jean-Yves Casanova nous conduisent d'Irlande à la Corse, en passant par Londres et la Haute-Provence. Le ton de l'ensemble est donné par L'éternité égarée, ton proche des Dubliners de Joyce, même si le texte se préoccupe de tout autre chose. Ces quatre textes sont préoccupés par l'attente, le devenir des gens, de leurs personnalités, de leurs pensées, des corps comme des âmes, devenir qu'accompagne la fuite du temps...

"Un épervier sans plus porta" - L'aucèu libre.


 
Extrait:


 Assetada aicí, se chala dau bruch d’infèrn que l’auratge tirassa amb eu, non solament tròns e pericle, ulhauç, tot lo lampejament de l’aire, la brofoniá, l’aiga qu’ara comença de li banhar lei pès, li degotant dins tota l’esquina, sa plaça es aicí, au centre dau borrotlament dau mond, e se barra leis uelhs, la vei passar e tornar passar tota sa vida sens ges de regret, de pentiment, sens deguna dolor, foguèsse estada qu’un marrit sòmi, una chauchavièlha de la desvelhar la nuech, l’aire li mancant dins sei paumons, lei pòt nombrar lei jorns aürós e lei malastres, mai se’n chauta, aquò a pus ges d’importància ara que rèsta au cròs dau mond, a l’escota de la mudason que ne fa partida, son còs venent un d’aquelei còs sus lo planestèu, sa carn una d’aquelei carns ofèrtas a l’aflat dau temps, se mesclant a un brot d’èrba, ai gravetas, s’auçant tras lei cortinas de plueja per se delegar dins l’aiga, sabor de la tèrra, e sa sang dessenha la dralha d’un lòng riusselet que l’eternitat agotarà jamai.

 

Assise ici, elle se délecte du bruit d’enfer que l’orage traîne après lui, non seulement tonnerres et foudre, éclairs, toute l’illumination de l’air, la tempête, l’eau qui commence à lui mouiller les pieds, lui coulant dans le dos, sa place est ici, au centre du bouleversement du monde, et si elle ferme les yeux, elle voit défiler sans cesse toute sa vie sans aucun regret, remord, sans aucune douleur, n’eût-elle été qu’un mauvais rêve, un cauchemar qui la réveille la nuit, l’air lui manquant dans ses poumons, elle peut dénombrer les jours heureux et les malheurs, mais elle s’en moque, cela n’a plus aucune importance maintenant qu’elle demeure au creux du monde, à l’écoute de la mutation dont elle fait partie, son corps devenant un de ces corps sur le plateau, sa chair une de ces chairs offertes au souffle du temps, se mêlant à un brin d’herbe, aux cailloux, s’élevant parmi les rideaux de pluie afin de se diluer dans l’eau, saveur de la terre, et son sang dessine le sentier d’un long ruisseau que l’éternité ne tarira jamais.

 

 

Article d'Aquò d’Aquí:

Des nouvelles au caractère désespéré, où règnent la phrase longue et la crainte du non-sens de l'existence.
Les oeuvres de Joan-Ives Casanova ne sont pas d'un abord si facile. L'austérité les marque et le monde qu'il dépeint est dur, voire désespéré. Si la lumière intérieure possède sa poésie, comme nous l'a montré ici Danielle Julien à propos de Cantata per Maria-Magdalena (La Pantiera — 2017), c'est un univers sombre et fermé qu'il dépeint dans des ambiances humides avec L'Eternitat estraviada (L'éternité égarée, L'aucèu Libre, 2017).
L'un des personnages qu'il saisit dans une mission absurde mourra aussi absurdement. Peu importe la cause, la fin est inexorable. Le sang permet de suivre la trace du « héros » jusqu'à sa disparition, en une suite d'actes qui finira dans l'insensé. Une vie, avec lui, n'aura pas plus d'importance que ces trois petits cailloux que le protagoniste fait crisser entre ses doigts. Il se diluera dans la terre qui, elle seule semble avoir de l'importance au final.
Au plan stylistique, c'est peu de dire que J-I. Casanova n'est pas un partisan de la phrase courte. Le rythme doit être lent, la complexité du dire doit s'étirer en longues propositions qui définissent une ambiance d'où le rythme est proscrit, le plan séquence sera la règle. Qu'on en juge.
« sei dets s'arrapan a la tèrra espongosa que l'aiga depausa sus lei onças e sota seis onglas vengudas mauretas, e se pensa que restèsse aici una lònga temporada vendrià d'esperela la tèrra, s'i delegariá, s'i aprigondiriá sens mesura per s'en devenir sus aqueu planestèu un element de mai d'una cadena naturala que remira, a l'ors d'ara que s'i jardina, la manifestacion la mai vesedoira, mai que saup ben mai largo, ben mai ampla, que seis originas e sei tècas confondudas nos tônan a l'absolut renovelament de tota matèria, a l'aveniment d'una rôda sens termina que l'Orne n'es qu'une part minima ».

Article de Micheu Neumuller, publié dans Aquò d’Aquí n°302 (février 2018).



Article de Lo Diari:

Son quatre nòvas que nos fan viatjar entre Irlanda, Corsega, Nauta Provença e Londres que nos liura aquí Joan Ives Casanòva. Un libre de mai per un autor que saupèt fargar una òbra rica e exigenta tant en pròsa coma en poesia.

I dintram en seguissent un òme qu’atravèrsa una torbièra, en riba dau lauç de Lough Mallard, dins l’Irlanda trebolada e violenta de la debuta dau sègle vint. Coma o precisa la postfaci, James Joyce (irlandés justament) e sos Dubliners es pas luènh. Lei personatges de Joan Ives Casanòva fan l’experiéncia dirècta de l’acabament, de la dissolucion. Siam dins una escritura dau destacament. Mai, d’un autre latz, es dins la perdicion que l’òm fa enfin partida dau grand « tot » coma aqueu militant irlandés que morís sagatat per lei black and tans[1] o coma aquela femna que se retròba mesclada a la pluèia dins la furor d’un auristre en montanha (segonda nòva). Aquela decomposicion de l’espaci e de la vida (a l’imatge de la torbièra irlandesa, luèc de transformacion de la matèria coma de conservacion d’elements ancians) es tanben recomposicion e transmutacion mercés a l’escritura e au trabalh sus la lenga. La question de l’escritura es au còr d’aquelei tèxtes ont apareisson de grands noms de pluma coma George Moore o Virginia Woolf (darrièra nòva). L’estacament a la lenga d’òc, sa transmission dificila, son bensai en rèire fons d’una evocacion de la lucha per lo Gaelic : « la lenga, tala una fuocada ardenta, fa de la paraula deis òmes una arma que nos es necita, nosautrei pòble ignorat e trissat per lo pes dei sègles, e es per aquò que li acordam un sens primièr : parlar, dire, reculhir e saber donar, inventar fòra de çò necessari tant dins nòstra lenga coma dins aquela de nòstrei mèstres » (pagina 8).

Quand quitam lei paisatges umides d’oltra-Marga es per seguir un enterrament en Corsega, dins un vilatge ont se perseguís la tradicion anciana e enebida d’ensebelir lei mòrts dins una tomba collectiva dins la quita glèisa : l’arca. Lei gendarmas, en arribant, podràn ren faire que lo cortègi funerari es acompanhat per d’òmes armats, lo fusiu en bricòla. « Una istòria vertadièra » segon lei dires de l’autor que nos fa passar deis isclas britanicas au monde mediterranean dins una pròsa poderosa e clara. Fau pas veire de negror dins aquelei racòntes de « la fin » que son puslèu de viatges quasi mistics onte se desplega una poetica de l’entre-dos : disparicion e començança… La fugida dau temps, tematica pro comuna en literatura, pren aquí una color ben singulara e la fòrma resquichada e fraccionada dei nòvas se marida ambé la vision d’un monde esbrigalhat. Barram lo libre ambé l’enveja d’anar legir leis autors evocats, d’anar veire lei luècs qu’inspirèron Joan-Ives Casanòva. La primièra nòva, per exemple, nos evòca leis imatges sensibles d’un Ken Loach e comprenèm, alòrs, que l’escritura tèis de liames sens fin que nos permeton de gardar un pauc de presa sus lo monde que nos enròda.

[1]    Milícia compausada d’ancians militaris angleses (de la primièra guèrra mondiala) que fuguèron emplegats per luchar contra leis independentistas de l’IRA.


Article de Silvan Chabaud, publié dans Lo Diari n°43 (mai 2018).

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

L'Eternitat estraviada (L'Éternité égarée) - Jean-Yves Casanova

L'Eternitat estraviada (L'Éternité égarée) - Jean-Yves Casanova

L'Eternitat estraviada (L'Éternité égarée) - Recueil de quatre nouvelles de Jean-Yves Casanova, préoccupées par l'attente, le devenir des gens, de leurs personnalités, de leurs pensées, des corps comme des âmes, devenir qu'accompagne la fuite du temps...

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...