0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Fin'Amor et folie du verbe - Arnaut Daniel

L-9782857922063

Neuf

Sous réserve (réapprovisionnement nécessaire)

14,00 €

Fin'Amor et folie du verbe. Dans ce livre bilingue, Pierre Bec vous permettra d’accéder à un grand poète d’oc du Moyen-Âge, hermétique et brillant, un virtuose de la parole poétique, le troubadour Arnaut Daniel. Textes occitans et français en regard. Avec une brève introduction et, en fin de volume, un glossaire des termes de l’érotique courtoise. Fédérop.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2012
LangueFrançais + Occitan
Pages156
Format13.5 x 18.5 cm
DistributeurFédérop
LabelLittérature occitane "Troubadours"
ISBN978-2-85792-206-3

Plus d'infos

Fin'Amor et folie du verbe - Arnaut Daniel

Introduction et traduction de Pierre Bec.

Ce petit livre n'est pas une nouvelle édition critique d'Arnaut Daniel, dont il existe déjà d'excellents spécimens,notamment en Italie ; il sort sciemment du cercle des spécialistes (d'où l'absence de références bibliographiques et de notes critiques) et vise surtout le grand public pour lui permettre d'accéder à un grand poète d'oc du Moyen Âge, hermétique et brillant, dont ses contemporains disaient qu'il écrivait des mots fous impossibles à comprendre et à apprendre...

Ce chantre de la fin’ amor troubadouresque fut en effet avant tout un véritable artisan du verbe, et à ce titre, l’un des maîtres de Dante, de Pétrarque, et jusqu’au poète américain Ezra Pound.

Les poèmes ont été pris dans la belle et exhaustive édition de Gianluigi Toja à l'exception de VIII (L'aura tara), chanson pour laquelle nous avons préféré la disposition métrique d'Appel-Riquer (Riquer p. 624). Les textes sont pourvus de brèves introductions et suivis d'un glossaire final sur la terminologie signifiante de l'érotique courtoise.

Voici donc dans une très belle collection occitan - français les chansons de ce troubadour du XIIe siècle, Arnaut Daniel de Ribérac. Les textes de cette nouvelle traduction sont précédés d’une brève introduction et suivis d’un glossaire final sur la terminologie signifiante de l’érotique courtoise. Mais leur nouveauté essentielle est dans leur traduction, qui n’est pas philologique, mais rythmée et poétique, c’est-à-dire qu’elle tente de respecter la mesure du vers original et une prosodie complexe : au prix évidemment de la littéralité linguistique, mais afin de faire saisir la pensée du troubadour.

Bilingue occitan (médiéval) - français, présentation et traduction par Pierre Bec.

Éditions Fédérop.

L'auteur original :

Arnaut Daniel est né sans doute au milieu du 12ème siècle, à Ribérac, en Dordogne, « d'un chastel que a nom Ribairac ». Ce gentilhomme devint jongleur et l'un des grands représentants du « Fin 'Amor » dont il use des thèmes souvent récurrents, telles la louange et la fidélité à une Dame d'un rang social supérieur, dans des compositions savantes et parfois difficiles qui lui valurent la réputation d'un poète abscons. Dante, qui le mit dans son purgatoire, et Pétrarque avaient cependant salué le talent de ce fin ouvrier du verbe qui savait parfaitement accorder les mots avec les sons.

Le traducteur :

Pierre Bec, spécialiste de littérature et linguistique occitanes, professeur honoraire à l'Université de Poitiers, a été directeur du Centre d'Études Supérieures de Civilisation Médiévale, et professeur associé des universités de Lisbonne et d'Athens (USA). Il a publié, en occitan, des poèmes, des recueils de nouvelles, un roman, Sébastian, aux éditions fédérop.

Extrait de l'introduction de Pierre Bec :
    On ne sait pas grand-chose sur le personnage historique d’Arnaut Daniel. D’après sa vida, il était originaire de Ribérac (Dordogne), aux confins de la langue d’oc, d’un chastel qui a nom Ribairac. Il était lettré (et amparet letras), mais il se fit jongleur : sans doute par pauvreté comme un certain nombre d’autres troubadours. D’après la cobla qui lui est consacrée dans la galerie satirique du Moine de Montaudon (entre 1194 et 1199), il était déjà connu sous ses traits essentiels :
 
Ab Arnaut Daniel son set
Qu’a sa vida be no chantet
Mas us fols motz c’om non enten.
Pois la lebre ab lo bou chasset
E contra suberna nadet,
No val sos chanz un aguilen.
 
« Avec Arnaut Daniel cela fait sept, lui qui toute sa vie ne chanta que des mots fous que personne ne comprend, chassa le lièvre avec un bœuf et nagea contre le courant. Son chant ne vaut pas un liard. »

    En revanche, son nom n’apparaît pas dans la galerie de Pèire d’Alvernhe, datée de 1170, ce qui pourrait prouver qu’il n’était pas connu à l’époque, ou au moins qu’il n’avait pas encore atteint sa célébrité. En le faisant naître vers 1150, on ne doit pas être trop loin de la vérité.
    D’autre part, l’allusion qui est faite dans la tornade de la chanson XI au couronnement de Philippe Auguste à Étampes (1180) permet de fixer sa date de production entre 1180 et 1195. Il était le contemporain et sans doute l’ami de Bertrand de Born, à qui il dédie une de ses chansons sous son nom propre (III) et sous le senhal de Desirat (XVII). On ne sait pas grand-chose sur ses « déplacements » : il nous dit avoir fréquenté de « bonnes cours » (XIV), il aspire à se retrouver à la cour d’Aragon (VIII), et assiste en France, à  Étampes, au sacre de Philippe-Auguste…
   

Vida
    Arnaut Daniel était de la contrée d’où était originaire Arnaut de Mareuil, de l’évêché de Périgord, d’un château qui a pour nom Ribérac, et c’était un gentil homme. Et il apprit bien les lettres et se fit jongleur, et se délectait à composer en rimes difficiles, car ses chansons ne sont pas faciles à comprendre ni à apprendre. Et il aima une grande dame de Gascogne, épouse du seigneur Guilhem de Bouvila, mais on ne crut pas qu’elle lui fît plaisir en droit d’amour, parce qu’il dit :
 
            Je suis Arnaut qui ramasse le vent
            Et chasse le lièvre avec un bœuf
            Et nage à contre courant.

Interprétation des chants du troubadour de Ribérac, Arnaut Daniel, par le trio Olivier Payrat, Yannick Guédec et Michel Haze :

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Fin'Amor et folie du verbe - Arnaut Daniel

Fin'Amor et folie du verbe - Arnaut Daniel

Fin'Amor et folie du verbe. Dans ce livre bilingue, Pierre Bec vous permettra d’accéder à un grand poète d’oc du Moyen-Âge, hermétique et brillant, un virtuose de la parole poétique, le troubadour Arnaut Daniel. Textes occitans et français en regard. Avec une brève introduction et, en fin de volume, un glossaire des termes de l’érotique courtoise. Fédérop.

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...