0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Les noms de l'eau en Vaucluse - Gilles Fossat

L-9782296575325

Neuf

2 Eléments

En stock

17,00 €

Les noms de l'eau en Vaucluse - Gilles Fossat. Toponymie et hydronymie, qui concerne les noms de cours d'eau, et plus largement les noms de lieux en relation avec l'eau. Préface de Jean-Claude Bouvier et Michel Tamine. L'Harmattan.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2014
LangueFrançais
Pages166
Format13.5 x 21.5 cm
DistributeurL'Harmattan
ISBN978-2-296-57532-5

Plus d'infos

Les noms de l'eau en Vaucluse - Gilles Fossat

Toponymie et hydronymie.


L'étude des noms de lieux, ou toponymes, comprend une branche particulière, l'hydronymie, qui concerne les noms de cours d'eau, et plus largement les noms de lieux en relation avec l'eau. Pour le département de Vaucluse, cette thématique n'avait jusqu'à maintenant pas fait l'objet d'une étude d'ensemble. Celle-ci porte sur l'étymologie et l'évolution de ces noms depuis leurs formes anciennes, en les plaçant dans leur contexte linguistique.


L'ouvrage est composé de trois parties :
-    les notices d'environ deux cents noms de cours d'eau, par ordre alphabétique ;
-    une synthèse de ces noms, classés en fonction de la langue à laquelle ils appartiennent ;
-    une étude des noms de lieux en relation avec l'eau : sources, cascades, confluents, marais, végétation, moulins, etc.


Préface de Jean-Claude Bouvier et Michel Tamine.


L'Harmattan.


L'auteur:

Gilles Fossat, originaire du Vaucluse, est professeur documentaliste. Il s'intéresse depuis de nombreuses années â l'étude de la toponymie, comme moyen de compréhension du milieu naturel et humain.


Extrait de la Préface:
L'ouvrage que publie aujourd'hui Gilles Fossat se présente comme une monographie à la fois thématique et géographique. A l'intérieur des nombreux champs de la toponymie, il en a choisi un : celui de l'hydronymie, c'est-à-dire l'étude des noms propres relatifs à l'eau et plus particulièrement aux cours d'eau, qui sont d'une grande richesse et souvent d'une grande ancienneté. Et cette recherche a été circonscrite dans le cadre commode et pertinent d'un département : celui de Vaucluse en l'occurrence dont il a une solide connaissance acquise autant par l'étude que par l'observation et la pratique du terrain. Mais il est évident que les cours d'eau ne s'arrêtent pas aux portes d'un département... Gilles Fossat les suit donc sur toute l'étendue de leur cheminement et les incursions qu'il opère ainsi dans des régions voisines l'amènent à élargir le territoire de sa recherche, à tenir compte des documents rassemblés, des analyses conduites duns des zones voisines mais aussi plus éloignées, et par conséquent à donner d'une façon heureuse une perspective comparatiste à son approche.
Pour décrire d'une façon satisfaisante le paysage hydronymique vauclusien, l'auteur a combiné deux démarches tout à fait complémentaires et indissociables : l'analyse d'abord et la synthèse ensuite.
L'analyse, ce sont les pages de la première partie, constituée d'un dictionnaire alphabétique des principaux hydronymes vauclusiens, au nombre d'environ deux cents. Chacun de ces articles est construit avec rigueur et clarté : la forme écrite en français et en occitan provençal, la localisation et les précisions sur le parcours du cours d'eau, les diverses attestations écrites ou cartographiques, anciennes et modernes, le commentaire enfin et les tentatives [...]


Extraits:

Coulon est la forme francisée de Cauion (avec disparition de la diphtongue [aw]), probablement influencée par le français « couler ». Malgré la similitude des formes modernes, il ne faut pas confondre ce nom avec une autre famille d'hydronymes, dont le Coularon (Gard), Colaro en 1330, ou le Colon (Vosges), Coulon en 1430, issus d'une autre base prélatine, *col- « couler ».


Calavon
Le nom de la partie amont, Calavon, est aussi celui d'un lieu-dit situé au nord du village d'Oppédette (Alpes de Haute- Provence), tout près des gorges creusées par la rivière. On peut voir dans Calavon une variante de l'occitan calaven « gouffre, précipice, ravin ». Le mot caravum « lieu pierreux » est attesté en latin médiéval dans le nord de l'Italie et sous les formes dialectales italiennes modernes caravé, caravà. L'origine de ce terme peut se trouver dans un terme prélatin *karavu « trou, abîme » issu de la hase préceltique *kat- ou *kar- « pierre, rocher » ou bien dans la base *kerb- qui exprime la notion de cassure, de coupure ; la similitude formelle et la relation sémantique entre le rocher et le ravin ont pu contribuer à confondre les deux termes. Le nom aurait donc désigné d'abord le relief escarpé et rocheux, puis la rivière qui le traverse. Il existe dans le département de l'Hérault un cours d'eau venant du Causse de Blandas qui est nommé également Calavon, et pour lequel la topographie justifie aussi le nom.
Il est difficile d'établir un rapport de filiation entre les noms Calavon et Caulon - l'un n'ayant pas pu aboutir à l'autre - même si la forme Caulahon du XVe siècle a pu entraîner une certaine confusion. Il n'y a pas non plus de relation entre Calavon ou Causalon et le nom de la ville de Cavaillon (Kaballion, Cavellio dans l'Antiquité), dont I'origine et le sens restent obscurs.
[...]

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Les noms de l'eau en Vaucluse - Gilles Fossat

Les noms de l'eau en Vaucluse - Gilles Fossat

Les noms de l'eau en Vaucluse - Gilles Fossat. Toponymie et hydronymie, qui concerne les noms de cours d'eau, et plus largement les noms de lieux en relation avec l'eau. Préface de Jean-Claude Bouvier et Michel Tamine. L'Harmattan.

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...