0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Ciutats d'Òc - Michel Miniussi

L-9782950951977

Neuf

5 Eléments

En stock

16,00 €

Ciutats d'Òc - Recueil présentant l'évocation de différentes villes occitanes, choisies dans les œuvres de Michel Miniussi - Édité par Les Amis de Michel Miniussi.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2017
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages78
Format14 x 22 cm
DistributeurLes Amis de Michel MINIUSSI
ISBN2-9509519-7-x

Plus d'infos

Ciutats d'Òc - Michel Miniussi


Le recueil Ciutats d’Òc présente l'évocation de différentes villes occitanes, choisies dans les œuvres de Michel Miniussi. Il s’agit d’expériences vécues par l’écrivain lui permettant d’intégrer ces lieux dans son monde personnel, monde où l’étrangeté et le tragique affleurent sous la beauté de l’écriture.

L’artiste antiboise Véronique Champollion a imaginé pour ce livre des illustrations par lesquelles elle traduit les mythes et les angoisses de Miniussi dans son propre langage, accompagnant ainsi la vision de l’écrivain par la sienne. Deux mondes se côtoient et se répondent d’une page à l’autre.


Au fil des pages, les deux thèmes — la ville, le rite — se répondent, s'entremêlent, le premier servant de cadre au second qui en retour lui donne sa véritable identité : ville-théâtre, ville-sanctuaire, ville-arène. Chemin faisant, nous avons compris que la posture d'esthète que Michel MINIUSSI revendique volontiers, n'est qu'un leurre de plus ; nous sentons à chaque pas l'emprise immanente du tragique. Les antiques malédictions écrasent les prévisions humaines, bouleversent les destins.


Couverture : Cannes Lycée Carnot — Véronique CHAMPOLLION


Édité par Les Amis de Michel Miniussi.


Cités révélatrices
Le premier fil conducteur, d'apparence anodine, qui relie les textes de ce petit volume, c'est la capacité de l'écrivain à se mettre au diapason d'un lieu, d'en deviner le visage secret. Ainsi, dans son oeuvre majeure Lei Passatemps, les passages évoquant Cannes, Beaulieu, Grasse... Grasse es vila de montanha... sont autant de joyaux trop brefs pour être inclus ici. Mais ils entrecoupent d'un riche contrepoint les péripéties proustiennes de la société moribonde dont il nous conte l'agonie, lent de profundis consacrant une fin inéluctable.
Quelques quinze années auparavant, Michel avait déjà donné ce titre à un retour nostalgique au Festival de sa jeunesse. Il y voyait une vaste chorégraphie impliquant toute la Croisette, dans laquelle ses amis et lui-même jouaient un rôle parfaitement répété. C'est ici que le second leitmotiv, moins innocent celui-ci, qui sous-tend ces textes nous est proposé : Les films ne sont qu'un prétexte au rite. » Pour Michel, l'important semble résider dans la beauté, la rigueur, la cruauté du rite lui-même, outre sa fonction.
Ville rose, ville rouge-sang, Toulouse est soumise à une patiente archéologie, qui ne semble dégager que des signes mortifères. Deux exceptions toutefois, les Vierges du Taur et de la Daurade, empreintes de paganisme populaire. La clé de ce long pèlerinage dans les rues de la ville-sanctuaire n'est livrée qu'à la fin : les mystères de Toulouse sont ceux d'Éleusine-Déméter et de sa fille Perséphone-Korê qui, épouse d'Hadès, passe la moitié de l'année aux enfers. Cruelle absence qui pousse Déméter éplorée à errer par les chemins à sa recherche. Peut-être que le texte tout entier repose sur cette ambiguïté, errance funèbre, mais qui à l'insu de tous recèle la promesse de la refloraison. [...]

Extrait de la préface de Frédéric Voilley.


L'auteur:
 Michel Minuissi est né le 15 août 1956. Il passe sa jeunesse à Cannes dans sa famille maternelle, provençale de longue tradition. Vers 17 ans, il entre en contact avec le groupe de langue occitane de Nice et participe activement à la parution de leur revue "la Beluga". Il poursuit ses études universitaires à Montpellier, sous la direction de Robert Lafont et se spécialise dans la littérature occitane dont il devient un élément actif, rigoureux dans son écriture, brillant et créateur.
Conservateur de bibliothèque en Pays d´Oc, il entretient une correspondance riche et régulière avec les écrivains de langue occitane.
Par ailleurs, il écrit et publie, souvent anonymement ou sous un pseudonyme, dans la revue OC, dont il devient rédacteur dès 1986, de lettres, notes littéraires, études d’auteurs, poèmes, essais...
En 1988, paraît son premier roman, Jiròni, aux éditions Jorn/Fédérop (présenté par Robert Lafont).
Tombé gravement malade en 1981, il poursuit avec ténacité son œuvre écrite et continue à promouvoir efficacement la revue OC, faisant preuve d’exigence dans le choix des textes publiés, comme dans leur qualité littéraire.
Son deuxième roman, dont le manuscrit est confié aux éditions OC peu avant sa mort, Lei Passatemps, paraît au début de l’année 1994 et lui vaut le Prix littéraire Antigone, la même année à Montpellier.
Michel Miniussi décède le 9 Janvier 1992, en laissant une somme considérable d’écrits non encore publiés.


Table des matières: TAULA
PRÉFACE  -  6
PREFACI  -  7
Préface de Frédéric Voilley
CANNES 88  -  13
Traduction française de Stéphane Lombardo
TOLOSA  -  25
Traduction française de Jean-Pierre Tardif
NARBONA  -  43
Traduction française de Jean-Pierre Tardif
CANAS  -  49
Traduction française de Stéphane Lombardo
REPETICION  -  67
Traduction française de Frédéric Voilley
TAULA DEIS ILLUSTRACIONS  -  74
Illustrations de Véronique Champollion


Extrait: TOLOSA

Ai de lònga aimat lei glèisas de Tolosa. La vila, coma bèstia espelhandrada au caladat nos demòstra, per cada pas, la frechalha de sei carrieras, abandonada au poiridier de miegjorn ; e nos creiriam pas romieus d’una autra realitat, estranha, estrangiera e tan nòstra amb aquò que la carn, a Tolosa, crèi d’aver recobrat son reiaume morganatic ? Parlar de Tolosa es s’esntrevar d’un mistèri –es una ciutat mòrta, mil còps mòrta, mai es subretot , detràs aquesta mòrt que s’estaloira, frèja coma una sèrp, lo galìs d’un escapolon d’autrei ciutats qu’aparèis, vilas coma lei sèt coronas de Tròia, dessaupudas e subrepausadas qu’en de ròdols ideaus lei jaças s’encrancan e si duerbe la perspectiva que leis unifica.

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Ciutats d'Òc - Michel Miniussi

Ciutats d'Òc - Michel Miniussi

Ciutats d'Òc - Recueil présentant l'évocation de différentes villes occitanes, choisies dans les œuvres de Michel Miniussi - Édité par Les Amis de Michel Miniussi.

Donnez votre avis