0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Lei boumians - Valèri Bernard

L-9782824006116

Neuf

1 Elément

En stock

14,50 €

Lei boumians - Valèri Bernard. Malan et Estève, en rupture avec la société, parcourent le pays en compagnie de Bohémiens. Mais, du fait des idées anarchistes de Malan, les relations entre ceux-ci et les deux amis se dégradent. Commence alors pour Malan une remise en question qui le poussera au bord de la folie. Éditions des régionalismes.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2015
Langueoccitan (provençal)
Pages164
Format15 x 21 cm
DistributeurÉditions des régionalismes
ISBN978-2-8240-0611-6

Plus d'infos

Lei boumians - Valèri Bernard


Roman en provençau !


Malan, un anarchiste et son ami Estève (Etienne), peintre sensible et amoureux de la vie et de la nature, sont tous deux en rupture avec la société, et partent courir le pays à l’image des bohémiens qu’ils rencontrent et suivent.
Cette équipée se traduit pour Malan par un voyage au bout de lui-même. Ses idées anarchistes se mariant mal avec l’esprit identitaire de cette communauté, ses relations avec les bohémiens se détériorent peu à peu. Pour eux, Malan sera celui qui porte le malheur (Malan, en provençal signifie « malheur »). Mais il prendra conscience que son adhésion à l’idéal libertaire n’est qu’illusoire et cela le poussera  à une sorte de folie et tout se terminera pour lui dans un endroit emblématique, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, lieu sacré pour les gens du voyage qui, quelque temps après, venant de partout, s’y rencontreront chaque année. Les Saintes-Maries est aussi l’endroit que Frédéric Mistral avait choisi pour la mort de Mirèlha, l’héroïne de son chef-d’œuvre du même nom.


Valère Bernard, qui leur consacra bon nombre de poèmes peint ici la communauté des Bohémiens, peuple pauvre mais fier, maudit et rejeté par la société qui le considère comme un danger pour l’ordre social. Il connaît, pour les avoir côtoyés, leur manière de survivre, leurs superstitions et leurs coutumes, leur méfiance à l’égard de ceux qui n’appartiennent pas à leur monde, leur ruse et leur perversion, mais il sait aussi qu’ils sont capables du pire comme du meilleur.
Grâce à sa sensibilité de peintre, il sait décrire avec réalisme les soirées autour du feu, où musique, chants e danses enflamment les corps, les attitudes et les regards des bohémiens comme la beauté des jeunes femmes fières mais soumises aux règles de la communauté.
Comme dans son roman Bagatoni, cet ouvrage est une sorte de constat d’échec d’une utopie généreuse et tentante, et l’art et l’action politique ne réussiront pas à bonifier la société.


Illustracion de cobèrta : « Gitano dins son campament » òli de Valèri Bernard (1903) - Colleccion privada.
Transcripcion en grafia occitana : Domenja Blanchard.

Éditions des régionalismes.


L'auteur:

Valère Bernard, né à Marseille en 1860, fut à la fois peintre, sculpteur, graveur et aquafortiste de talent – il sera professeur d’esthétique à l’Ecole des Beaux Arts – et romancier, nouvelliste et poète. Félibre, il sera capoulier (président) de l’association de 1903 à 1918. Il se rapprochera de l’occitanisme littéraire et linguistique et participera a la fondation de la Societat d’Estudis Occitans. Il s’éteindra, aveugle, en 1936.
Son œuvre littéraire, poésie ou prose, mêle idéalisme philosophique et réalisme qui s’accompagnent souvent d’une quête mystique de l’auteur qui cherche un « au delà » du réel dans le réalisme. L’œuvre de Valère Bernard s’élève au dessus des thèmes félibréens de l’époque par ses préoccupations philosophiques et sociales et aussi par sa signification spirituelle.


Extrait:


La Montada de la Ginèsta

Òu ! d’ailavau ! lèu ! lèu ! venètz !
Lo carri barrutlava chincherin tirassat pèr una ròssa aflaquida, e lo boumian que menava, de la man si parava leis uelhs còntra lo solèu pèr mielhs vèire d’onte cridavan ; a son caire, de nistons mitat nus arpatejavan. Lo fenestron de davans si durbiguèt, una tèsta mora nasegèt.
— Lèu ! lèu ! cambaradas ! contuniava Malan au daut de la montada.
E fasiá signe devers una autra carriòla quasiment nòva acotada còntra la peiriera.
Un vièlh sautèt dau carri ; s’ausiguèt de voetz raucas de fremas. A un centenau de mètres s’aplantèron, desvisatjant curiosament aquel òme ai gèstes desmemoriats.
— Venètz ! Mai venètz ! vos dieu ! cridèt Malan s’avançant d’elei ; fraires, l’a ’n malaut aicita !
E tornamai fasiá signe devès sa carriòla.

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Lei boumians - Valèri Bernard

Lei boumians - Valèri Bernard

Lei boumians - Valèri Bernard. Malan et Estève, en rupture avec la société, parcourent le pays en compagnie de Bohémiens. Mais, du fait des idées anarchistes de Malan, les relations entre ceux-ci et les deux amis se dégradent. Commence alors pour Malan une remise en question qui le poussera au bord de la folie. Éditions des régionalismes.

Donnez votre avis