0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

L-9782905213440

Neuf

4 Eléments

En stock

15,00 €

La color lenta de la pluèja - Poèmes occitans de Maëlle Dupon, avec une version française de l'auteur (La couleur lente de la pluie). Un double voyage au fil d'une errance européenne et d'un grand amour malheureux. L'auteure, âgée de 20 ans, se fait la voix de sa génération. Elle exprime la précarité sociale et sentimentale. Éditions Jorn.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2013
LangueFrançais + Occitan
Pages117
Format14 x 22,5 cm
DistributeurJorn
ISBN978-2-905213-44-0

Plus d'infos

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

(La couleur lente de la pluie)

Poèmes occitans avec une version française de l'auteur.

Maëlle Dupon nous entraîne dans un double voyage : un grand amour malheureux et une errance européenne. Nous la suivons dans les matins blafards aux paysages tristes que l'on traverse pour se rendre dans ces petits boulots précaires qui vous permettent de survivre un mois ou deux : baby-sitter à Gênes, téléphoniste à Cork. Qu'importent le froid, la monotonie des endroits parcourus, la grisaille d'un port ligure en hiver, les eaux noires de la rivière Lee en Irlande ? On a le coeur qui brûle de passion, on se blottit le soir dans des chambres sordides contre la peau d'un corps adoré, le seul élément sûr dans la dérive du monde, le seul plaisir qu'on puisse s'octroyer. Mais la rouille et la pluie gagnent le coeur des choses et des êtres et l'on sent bien que cet amour lui-même est menacé, on s'y cramponne avec angoisse jusqu'à ce qu'il vous claque entre les mains.

Maëlle, poète de vingt ans, se fait la voix de sa génération. Elle en exprime la précarité sociale et sentimentale. No future, sinon dans l'instant immédiat. Les deux parties de son recueil entrent en résonance et s'éclairent l'une l'autre : d'abord le chant lyrique, librement versifié, de sa passion inquiète et exclusive, puis le récit en prose poétique, impressionniste et syncopée, de son périple dans l'Europe d'en bas, et ailleurs, Barcelone, Gênes, Cork, le Maroc, Kunming dans le Yunnan. Montpellier est au centre, sa ville natale, où la ramènent ses tribulations, ses souvenirs et amitiés d'enfance et la langue occitane apprise dès la maternelle et choisie entre toutes pour se dire, comme ultime garant de permanence.

ANUÈIT. 1 Lo risolet de l'alba Dançava sue l'avalida Lo temps rajava Lo cèl preniá color...

Éditions Jorn.

L'auteur:

Maëlle Dupon est née en 1988 à Montpellier. Une voix originale qui exprime la précarité sociale et sentimentale sous le signe de laquelle est condamnée à vivre sa génération. Sentiment d’incertitude sur l’avenir, tentative de saisir l’instant de plaisir et d’amour, dans l’angoisse de se dire qu’il restera sans lendemain. Ce qu’exprime sa poésie, elle l’a vécu dans sa chair.
Les deux parties de son premier recueil entrent en résonance et s'éclairent l'une l'autre : d'abord le chant lyrique, librement versifié, de sa passion inquiète et exclusive, puis le récit en prose poétique, impressionniste et syncopée, de son périple dans l'Europe d'en bas, et ailleurs, Barcelone, Gênes, Cork, le Maroc, Kunming dans le Yunnan. Montpellier est au centre, sa ville natale, où la ramènent ses tribulations, ses souvenirs et amitiés d'enfance et la langue occitane apprise dès la maternelle et choisie entre toutes pour se dire, comme ultime garant de permanence. Elle se situe en marge de tout courant littéraire.
Elle vit actuellement à Montréal et voyage à travers le monde, parle l'Anglais, le Catalan, l'Italien et l'Espagnol.

Extrait :

MA JOINESA ES AILÀ

Ma joinesa es ailà contra de pòtas sarradas, a la ronça dels passes e
de las carrièras estrangièras. Ont qu’ane. Ai pas quitat de te sègre.
E la doçor del còs que se sarra de las mans. La pèl bruna suava per
agantar un recanton de solesa. Decembre remenava. M’abraçava, son
còs avuglat per l’escrinh de belesa e que se coita coma un sòmi. Al
matin èrem ja autres, davalèrem fins a la plaça dins la frescura del
jorn, m’abracèt parièr, prenguèri lo tram. Montpelhièr la vila blanca
amb sa cara d’ivèrn e de gris.
Lo tram s’arrèsta, un colcavestit demanda una cigarreta. Contunhi.
Enlà s’es enanat sus l’isla alonhada. Cork, ma lutz anciana. Aqueles
aucèls de blanc, devorats pel fracàs negre de l’aiga, quand marchavi
tant de temps. Sabi pas mai ont ai marchat.


MA JEUNESSE EST LÀ-BAS

Ma jeunesse est là-bas contre des lèvres serrées, à la dérive des pas et des
rues étrangères. Où que j’aille, je n’ai pas cessé de te suivre.
Et la douceur du corps qui se rapproche des mains. La peau brune et douce
pour capturer un recoin de solitude. Décembre s’agitait. Il m’enlaçait, son
corps aveuglé par l’écrin de beauté et qui se presse comme un songe. Au
matin nous étions déjà autres, nous sommes descendus jusqu’à la place
dans la fraîcheur du jour, il m’enlaça pareillement, je pris le tram. Montpellier
la ville blanche avec son visage d’hiver et de gris.
Le tram s’arrête, un sans-abri demande une cigarette. Je continue. Là-bas
il s’en est allé, sur l’île lointaine. Cork, mon ancienne lumière. Ces oiseaux
de blanc, dévorés par le fracas noir de l’eau, quand je marchais si
longtemps. Je ne sais plus où j’ai marché.

---

C’était là-bas…

C’était là-bas, la pluie tombait encore, elle glissait sur les trottoirs de pierre grise. Là, la ville aux volets verts, aux pavés anciens qui avaient vu cheminer des milliers de vies d’hommes. Le temps s’arrêtait, tandis que je marchais, quand ta main pressait ma main, que nos pas se joignaient. Que sais-je aujourd’hui, que savais-je quand je t’ai connu ? Cette ville nous attendait, elle se fit peu à peu moins mystérieuse. Je prenais les bus orange, pleins de monde, je commençais à connaître les rues, les petits bars où nous nous arrêtions pour boire du café. La nuit les lumières se reflétaient dans la mer, je voyais les bateaux amarrés dans le port, le phare avec son signal, pour ne jamais se perdre. Cette ville, il me semblait que je l’avais vécue depuis toujours. Comment les jours s’échappaient-ils si vite ? Contre ta peau, ma timidité, sans cesse je te serrais, sans cesse je t’attendais. Contre tes lèvres j’ai perdu les mots, ton corps pesant, l’odeur de mer, la petite chambre dans l’appartement « via del lagaccio ». Le lit grinçait, la voix des autres résonnait, seule la porte nous séparait du monde, l’ombre nous protégeait, derrière le vert des volets. Il est trop tard maintenant pour recommencer. Que ferais-tu, je ne le sais pas. Ce lien qui assaillait nos corps. Nous ne pouvions rien faire, nous nous étendions entre les draps, le soir quand nous rentrions, l’après-midi, jamais fatigués et le temps s’arrêtait un moment pour nous. Il n’y avait que toi et moi, là nous avons appris à nous connaître, à la façon de deux êtres qui se désirent. Tu as ouvert immense mon corps de femme, je n’avais plus de peau, rien que l’odeur de ton corps qui s’emparait du mien.



Èra ailà…

Èra ailà, la pluèja tombava encara, limpava suls trepadors de pèiras grisas. Aquí, la vila dels contravents verds, de las caladas ancianas qu’avián vist caminar un milierat de vidas d’òme. S’arrestava lo temps, del temps que ieu marchavi, quand ta man quichava ma man, nòstres passes se jonhián. Que sabi uèi, que sabiái quand te coneguèri ? Aquela vila nos esperava, pauc a pauc se faguèt mens misteriosa. Preniái los carris irange, plens de monde, començavi de conéisser las carrièras, los bars pichòts onte nos arrestàvem per beure de cafè. La nuèit, los lums se rebatián dins la mar, vesiái los batèls amarrats dins lo pòrt, lo far amb lo seu senhal, per pas jamai se pèrdre. Aquela vila me semblava que l’aviái viscuda per totjorn. Cossí s’escapavan los jorns tan lèu… Contra ta pèl, ma timidesa, de longa te sarravas, de longa t’esperavi. Contra tas pòtas perdèri los mots, ton còs pesuc, l’odor de mar, la cambra pichòta dins l’apartament « via del lagac-cio ». Lo lièit cracinava,la votz dels autres ressonava, la pòrta sola nos desseparava del monde, l’ombrina nos aparava, darrièr lo verd dels contravents. Es tròp tard ara per tornar començar. Que fariás, o sabi pas. Aquel ligam qu’assalissiá nòstres còsses. Podiam pas res faire, nos espalancàvem entre los lençòls, lo ser quand dintràvem, la tan- tossada, jamai alassats e lo temps s’arrestava un brieu per nosautres. I aviái pas que tu e ieu, aquí aprenguèrem a nos conéisser, al biais de dos èssers que se volián. Alandères mon còs de femna, aviái pas mai de pèl, sonque l’odor de ton còs que s’apoderava del meu.

Début de la prose « Lo darrièr tren per Gènoa ». Traduction de l’auteur.


Article de presse:

Mai, la lenga d’òc, es encara uèi vertadierament capabla de dire aqueu monde ? La joinessa, pòu dire lo sègle XXI dins la lenga dei trobadors ? Es aquí que lo recuelh de Maëla Dupon, La color lenta de la pluèja (edicions Jorn, 2013) se destaquèt subran e s’impausèt dins ma ment. Se ne faliá retenir un, tant n’aprofiechar per donar sa chança a la generacion novèla : Maëla, nascuda en 1988, es una dei votz lei mai recentas. Sa poesia es completament nòva, destacada de tota referéncia pesuga, liura dau pes que pòdon de còps representar mila ans de literatura… E nos fa un ben fòu. Es un plaser de se laissar breçar per aquela plueia de paraulas que sembla de nos careçar la pèu. Lo libre es doble, amb una primiera partida en vèrs e una segonda en pròsa. Doas fòrmas que s’enfrentan, s’agachan, se respòndon per aculhir l’aiga d’una lenga rica e sensuala. Viatjam amb l’autora, de cabinas de trens en cambras d’ostalariás, entre Catalonha, Italia, Irlanda, Marròc o China. Es una poesia dau desplaçament, a l’imatge d’una generacion barrutlaira, entre descobèrta dau monde e descobèrta dau còrs, dei sens e dei sentiments. Mai lo desplaçament se fa d’espacis claus en rescontres brèus, dins l’intimitat e la proximitat. L’amor d’un òme i es una « marèia », una negada : i a sempre la volontat de viure lo momenet e de lo servar, au còr, coma sola permanéncia, coma sola realitat. De viatge en viatge, tornam de longa a Montpelhièr : es la vila natala de Maëla, lo luec de la lenga que causiguèt per escriure. Mai es un luec de partença,  una « destaca » puslèu qu’una « estaca ». Quand evòca la cima dau Pueg Sant Lop, dins la garriga montpelhierenca, es per mielhs portar son agach devèrs Inchydoney en Irlanda o d’autres alhors. De vèrs en vèrs, lo tèxte resquilha doçament fins a la pròsa ambé nòu nòvas que perseguisson lei tematicas abordadas, contunhan d’evocar lei luecs e lei moments qu’afloravan dins lei poèmas, o s’escapan mai luench. La plueia poetica noirís un lauç de pròsa onte lo legèire cabuça en fin de libre. Pasmens faudrà sortir de l’aiga, quitar la doçor de la banhada, tornamai… Precaritat sentimentala e precaritat sociala s’entremesclan, seguissèm Maëla de pichòts mestièrs en escambis fugidís entre Gènoa e Cork, coma tota una generacion de joines europencs que faràn (l’esperam…) sautar lei frontièras.
Maëla es una votz d’ara, en plen dins son temps, mas una votz que saup dire « tu » en plaça dau « ieu » envasissent e costumier. Son libre es una primiera bèla pèira, una primiera plueia plena de promessas, de legir, lèu, e de tornar legir puèi…

"Sus una illa deserta, m’empòrti … La color lenta de la pluèja – Maëla Dupon", article de Silvan Chabaud, paru dans Lo Diari du 1er octobre 2018.

Avis

Note 
Frédéric D 22/12/2016

Aquo d'aqui (décembre 2016)

On ne se passe pas des poursuites engagées à travers le monde, après l’amour, un boulot, ses rêves…Comme les mène Maëlle Dupon, qui a aujourd’hui posé son sac à Montréal. En attendant que la jeune auteure reprenne son stylo, on peut re découvrir ce recueil intelligemment publié par Jorn. Extrait : "Mar ligura / Tas èrsas de nau silenciosa / Negras espotidas suls rocasses / Quant de temps passèrem / Lo tren Florença que dobrissiá sos uèlhs / Los fums defòra / Parlàvem pauc"

  • 1 personne(s) sur 1 ont trouvé ce commentaire utile.

Donnez votre avis

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

La color lenta de la pluèja - Poèmes occitans de Maëlle Dupon, avec une version française de l'auteur (La couleur lente de la pluie). Un double voyage au fil d'une errance européenne et d'un grand amour malheureux. L'auteure, âgée de 20 ans, se fait la voix de sa génération. Elle exprime la précarité sociale et sentimentale. Éditions Jorn.

Donnez votre avis