0 0
 

Recently added item(s)

No products

Free shipping! Shipping
0,00 € Total

Check out

Product successfully added to your shopping cart

Quantity
Total

There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.

Total products (tax incl.)
Total shipping (tax excl.) Free shipping!
Total (tax incl.)
Continue shopping Proceed to checkout

Authors/Artists

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

L-9782905213440

New

4 Items

Available

15,00 €

La color lenta de la pluèja - Occitans Poems by Maëlle Dupon, with a french version (The slow color of rain). Editions Jorn.

More details

STATIC BLOCK

Data sheet

TypePaperback
Year2013
LanguageFrench + Occitan
Pages117
Format14x22
DistributorJorn
ISBN978 2 90521 344 0

More info

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

(The slow color of rain)

Occitans Poems with a french version.

Maëlle Dupon takes us on a double journey: a great unhappy love and a European wandering. We follow her in the pallid mornings to the sad landscapes that one crosses to go in these small precarious jobs that allow you to survive a month or two: babysitter in Genoa, telephonist in Cork. What do the cold, the monotony of the places traveled, the grayness of a Ligurian port in winter, the black waters of the River Lee in Ireland matter? One has a heart that burns with passion, one crouches in the evening in sordid rooms against the skin of an adored body, the only sure element in the drift of the world, the only pleasure that can be granted. But rust and rain reach the heart of things and beings, and we feel that this love itself is threatened, clinging to it with anguish until it claps your hands.

Maelle, a poet of twenty years of age, is the voice of her generation. It expresses its social and sentimental precariousness. No future, if not in the immediate moment. The two parts of his collection resonate and illuminate each other: first, the lyrical song, freely versed, of his worried and exclusive passion, then the narrative in poetic, impressionist and syncopated prose of his Journey in Europe from below, and elsewhere, Barcelona, ​​Genoa, Cork, Morocco, Kunming in Yunnan. Montpellier is in the center, her home town, where her tribulations, her childhood memories and friendships and the Occitan language learned from kindergarten and chosen to say, as ultimate guarantor of permanence.

Editions Jorn.

Extract :

MA JOINESA ES AILÀ

Ma joinesa es ailà contra de pòtas sarradas, a la ronça dels passes e
de las carrièras estrangièras. Ont qu’ane. Ai pas quitat de te sègre.
E la doçor del còs que se sarra de las mans. La pèl bruna suava per
agantar un recanton de solesa. Decembre remenava. M’abraçava, son
còs avuglat per l’escrinh de belesa e que se coita coma un sòmi. Al
matin èrem ja autres, davalèrem fins a la plaça dins la frescura del
jorn, m’abracèt parièr, prenguèri lo tram. Montpelhièr la vila blanca
amb sa cara d’ivèrn e de gris.
Lo tram s’arrèsta, un colcavestit demanda una cigarreta. Contunhi.
Enlà s’es enanat sus l’isla alonhada. Cork, ma lutz anciana. Aqueles
aucèls de blanc, devorats pel fracàs negre de l’aiga, quand marchavi
tant de temps. Sabi pas mai ont ai marchat.


MA JEUNESSE EST LÀ-BAS

Ma jeunesse est là-bas contre des lèvres serrées, à la dérive des pas et des
rues étrangères. Où que j’aille, je n’ai pas cessé de te suivre.
Et la douceur du corps qui se rapproche des mains. La peau brune et douce
pour capturer un recoin de solitude. Décembre s’agitait. Il m’enlaçait, son
corps aveuglé par l’écrin de beauté et qui se presse comme un songe. Au
matin nous étions déjà autres, nous sommes descendus jusqu’à la place
dans la fraîcheur du jour, il m’enlaça pareillement, je pris le tram. Montpellier
la ville blanche avec son visage d’hiver et de gris.
Le tram s’arrête, un sans-abri demande une cigarette. Je continue. Là-bas
il s’en est allé, sur l’île lointaine. Cork, mon ancienne lumière. Ces oiseaux
de blanc, dévorés par le fracas noir de l’eau, quand je marchais si
longtemps. Je ne sais plus où j’ai marché.

---

C’était là-bas…

C’était là-bas, la pluie tombait encore, elle glissait sur les trottoirs de pierre grise. Là, la ville aux volets verts, aux pavés anciens qui avaient vu cheminer des milliers de vies d’hommes. Le temps s’arrêtait, tandis que je marchais, quand ta main pressait ma main, que nos pas se joignaient. Que sais-je aujourd’hui, que savais-je quand je t’ai connu ? Cette ville nous attendait, elle se fit peu à peu moins mystérieuse. Je prenais les bus orange, pleins de monde, je commençais à connaître les rues, les petits bars où nous nous arrêtions pour boire du café. La nuit les lumières se reflétaient dans la mer, je voyais les bateaux amarrés dans le port, le phare avec son signal, pour ne jamais se perdre. Cette ville, il me semblait que je l’avais vécue depuis toujours. Comment les jours s’échappaient-ils si vite ? Contre ta peau, ma timidité, sans cesse je te serrais, sans cesse je t’attendais. Contre tes lèvres j’ai perdu les mots, ton corps pesant, l’odeur de mer, la petite chambre dans l’appartement « via del lagaccio ». Le lit grinçait, la voix des autres résonnait, seule la porte nous séparait du monde, l’ombre nous protégeait, derrière le vert des volets. Il est trop tard maintenant pour recommencer. Que ferais-tu, je ne le sais pas. Ce lien qui assaillait nos corps. Nous ne pouvions rien faire, nous nous étendions entre les draps, le soir quand nous rentrions, l’après-midi, jamais fatigués et le temps s’arrêtait un moment pour nous. Il n’y avait que toi et moi, là nous avons appris à nous connaître, à la façon de deux êtres qui se désirent. Tu as ouvert immense mon corps de femme, je n’avais plus de peau, rien que l’odeur de ton corps qui s’emparait du mien.



Èra ailà…

Èra ailà, la pluèja tombava encara, limpava suls trepadors de pèiras grisas. Aquí, la vila dels contravents verds, de las caladas ancianas qu’avián vist caminar un milierat de vidas d’òme. S’arrestava lo temps, del temps que ieu marchavi, quand ta man quichava ma man, nòstres passes se jonhián. Que sabi uèi, que sabiái quand te coneguèri ? Aquela vila nos esperava, pauc a pauc se faguèt mens misteriosa. Preniái los carris irange, plens de monde, començavi de conéisser las carrièras, los bars pichòts onte nos arrestàvem per beure de cafè. La nuèit, los lums se rebatián dins la mar, vesiái los batèls amarrats dins lo pòrt, lo far amb lo seu senhal, per pas jamai se pèrdre. Aquela vila me semblava que l’aviái viscuda per totjorn. Cossí s’escapavan los jorns tan lèu… Contra ta pèl, ma timidesa, de longa te sarravas, de longa t’esperavi. Contra tas pòtas perdèri los mots, ton còs pesuc, l’odor de mar, la cambra pichòta dins l’apartament « via del lagac-cio ». Lo lièit cracinava,la votz dels autres ressonava, la pòrta sola nos desseparava del monde, l’ombrina nos aparava, darrièr lo verd dels contravents. Es tròp tard ara per tornar començar. Que fariás, o sabi pas. Aquel ligam qu’assalissiá nòstres còsses. Podiam pas res faire, nos espalancàvem entre los lençòls, lo ser quand dintràvem, la tan- tossada, jamai alassats e lo temps s’arrestava un brieu per nosautres. I aviái pas que tu e ieu, aquí aprenguèrem a nos conéisser, al biais de dos èssers que se volián. Alandères mon còs de femna, aviái pas mai de pèl, sonque l’odor de ton còs que s’apoderava del meu.

Begin of prose « Lo darrièr tren per Gènoa ». Translation by the author.

Reviews

Grade 
Frédéric D 12/22/2016

Aquo d'aqui (décembre 2016)

On ne se passe pas des poursuites engagées à travers le monde, après l’amour, un boulot, ses rêves…Comme les mène Maëlle Dupon, qui a aujourd’hui posé son sac à Montréal. En attendant que la jeune auteure reprenne son stylo, on peut re découvrir ce recueil intelligemment publié par Jorn. Extrait : "Mar ligura / Tas èrsas de nau silenciosa / Negras espotidas suls rocasses / Quant de temps passèrem / Lo tren Florença que dobrissiá sos uèlhs / Los fums defòra / Parlàvem pauc"

  • 1 out of 1 people found this review useful.

Write a review

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

La color lenta de la pluèja - Maëlle Dupon

La color lenta de la pluèja - Occitans Poems by Maëlle Dupon, with a french version (The slow color of rain). Editions Jorn.

Write a review