0 0
 

Recently added item(s)

No products

Free shipping! Shipping
0,00 € Total

Check out

Product successfully added to your shopping cart

Quantity
Total

There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.

Total products (tax incl.)
Total shipping (tax excl.) Free shipping!
Total (tax incl.)
Continue shopping Proceed to checkout

Authors/Artists

Los mots e lo baston (Les mots et le bâton) - David Grosclaude

Based on 2 reviews

Show reviews

New

1 Item

Available

12,00 €

Los mots e lo baston - David Grosclaude's book, which tries to analyze the evolution of language policies for Occitan language in recent decades. He also recounts the experience of the author as regional elected in charge of the Occitan language. ADEO.

More details

STATIC BLOCK

Data sheet

TypePaperback
Year2017
LanguageFrench or Occitan
Pages182
Format11 x 18 cm
DistributorADEO
LabelColleccion l’enquestaire
ISBN978-2-9550641-2-2 - 978-2-9550641-3-9

More info

Los mots e lo baston (Les mots et le bâton) - David Grosclaude

(The words and the stick).



A language is a political object.


For this reason, we need a public language policy for Occitan to complement and support the work of associations. David Grosclaude recounts how he became convinced that the fight for linguistic diversity is very closely linked to the defense of biological diversity. "We must fight against global warming and cultural cooling," he says. This is a major democratic issue.

In this book, David Grosclaude also recounts his experience as a regional elected official in charge of the Occitan language in south of France. He explains how he decided to lead a hunger strike in 2015. By launching: "What is wrong with estar mespresats! (There is enough contempt) he asked that the State respects its commitments concerning the creation of a Public Office of the Occitan Language.


The book exists in Occitan version and in French version.

Foreword by Max Simeoni.

ADEO editions.



Extract of first chapter:

Enraciné ?

Je ne combats pas pour mes racines ni pour des traditions familiales. Je ne suis pas un militant de la langue de mes ancêtres. Je ne me sens pas plus enraciné qu’un autre (…)Si être enraciné c’est défendre des principes universels à l’endroit où l’on se trouve, alors je suis enraciné. J’aurais pu planter ces racines ailleurs qu’en pays de Béarn, territoire des confins de l’espace occitan.

Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis un militant occitaniste. Et quand on fait le portrait d’un militant occitaniste et que l’on veut le colorer de façon positive on se dépêche d’ajouter parfois, comme pour s’excuser : « il défend une langue régionale, mais il est ouvert et tourné vers ce qui est universel ». C’est la phrase qui tue. Nous devons toujours justifier notre capacité à vivre l’universalité, puisque nous sommes a priori suspectés de communautarisme !

Miguel Torga, l’auteur portugais nous a laissé le fameux : « l’universel c’est le local sans les murs ! » [O universal é o local sem as paredes].

Ceux qui bâtissent des murs sont ceux qui refusent que la culture de l’autre soit aussi universelle que la leur. À partir de ce moment naît l’injustice (…) Le combat que je partage avec d’autres, assez nombreux, est un combat universel ; en faveur d’une langue qui est la langue occitane, mais qui aurait pu en être une autre si j’étais arrivé dans un autre territoire (…) J’en ai fait un combat politique. Qui pourrait contester l’idée qu’une langue, donc un moyen de communiquer entre les hommes, de transmettre des idées, ne serait pas un objet politique ?

Je ne suis pas, par principe, un défenseur de toutes les traditions. Il y en a certes de bonnes. Il y en a d’autres qu’il faut dépasser, changer, transformer ou même abandonner. Pour cette raison, quand on m’oppose la « tradition républicaine » pour justifier l’impossibilité pour la France d’assumer sa diversité linguistique, je souris. La tradition républicaine a supporté pendant plus d’un siècle, par exemple, que les femmes — la moitié de la population — n’aient pas le droit de vote. Avons-nous bien fait de ne pas accepter que se perpétue cette tradition que la République justifiait ? Il me semble que oui ! (…)

Je suis un militant occitaniste politique. De l’idée qu’il faut défendre la diversité linguistique et culturelle, j’en ai tiré la conviction qu’il fallait défendre la diversité biologique ; peut-être ai-je fait le chemin contraire ou peut-être étaient-ce des chemins parallèles ? Peu importe ! Il me semble que si nous voulons lutter contre le changement climatique et les destructions écologiques qui en sont la conséquence, il faut aussi lutter contre l’uniformisation destructrice de la diversité humaine, qui est ce que j’appelle le « refroidissement culturel » (…)Il faut aussi que je donne quelques explications sur le titre de ce livre. Il part d’une phrase que j’ai gravée un jour sur un bâton de buis. Je l’avais taillé pour se promener dans les sentiers de montagne ; un cadeau pour l’un de mes fils. Sur ce bâton j’avais écrit ceci : « Un baston entà caminar e los mots tà convéncer » [un bâton pour cheminer et les mots pour convaincre]. Mon fils m’interrogea sur cette phrase qui lui semblait énigmatique. Ma première réponse fut de lui dire qu’il fallait se méfier de ceux qui pensent qu’il vaut mieux avoir un bâton pour convaincre et des mots pour se promener, ou pour promener les autres (…)Aujourd’hui les deux éléments me semblent bien résumer la question de la politique linguistique à savoir que les mots ont été souvent combattus par le bâton. Les mots font peur et il existe des gens qui, face à eux, ne savent que sortir le bâton.

Il m’arrive souvent de citer Rafael Alberti et son poème « Nocturno » qui reflète bien ce qui arrive quand on tue les mots à coup de bâton. Le dernier vers dit : « Siento esta noche heridas de muerte las palabras* ». Je sais en quelles circonstances tragiques fut écrit ce poème désespéré. Je ne peux m’empêcher d’y voir qu’il nous dit que la violence et l’intolérance sont les armes de ceux qui n’ont pas les mots et qui se contentent du bâton. Et pourtant l’évolution voudrait que les hommes soient un peu plus armés de mots que d’un bâton. Ce dernier ne devrait servir que pour marcher.

 * Je les sens ce soir, blessés à mort, les mots.


Reviews

No customer comments for the moment.

Write a review

Los mots e lo baston (Les mots et le bâton) - David Grosclaude

Los mots e lo baston (Les mots et le bâton) - David Grosclaude

Los mots e lo baston - David Grosclaude's book, which tries to analyze the evolution of language policies for Occitan language in recent decades. He also recounts the experience of the author as regional elected in charge of the Occitan language. ADEO.

Write a review

Customer reviews

Reviews about this product
0
1★
0
2★
0
3★
0
4★
2
5★
10/10


Based on 2 reviews

  • Botiga D.
    Published 22/02/2019 à 17:43 (Order date: 03/01/2019)
    5

    Livre très intéressant sur la politique française face aux langues régionales

  • Botiga B.
    Published 06/07/2018 à 11:20 (Order date: 03/07/2018)
    5

    Un ouvrage politique à lire pour mieux comprendre le traitement de la langue occitane en France.



Customers who bought this product also bought: