0 0
 

Recently added item(s)

No products

Free shipping! Shipping
0,00 € Total

Check out

Product successfully added to your shopping cart

Quantity
Total

There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.

Total products (tax incl.)
Total shipping (tax excl.) Free shipping!
Total (tax incl.)
Continue shopping Proceed to checkout

Authors/Artists

Des Platanes, on les entendait cascailler - René Domergue

L-9782955378915

New

1 Item

Available

19,00 €

Des Platanes, on les entendait cascailler - Vivre et parler dans un village du Midi. Ce livre de René Domergue est le fruit de dix ans d'enquête auprès de la population d'un village gardois.

More details

STATIC BLOCK

Data sheet

TypePaperback
Year2016
LanguageFrench + Occitan of Languedoc
Pages208
Format15,6 x 23,7 cm
DistributorRené Domergue
ISBN978-2-9553789-1-5

More info

Des Platanes, on les entendait cascailler - René Domergue

Vivre et parler dans un village du Midi - Préface de Bernard Kayser.


Situés au cœur du village, les platanes sont le principal lieu de rencontre des hommes, avant et après le travail. Implantés en contrebas, au pied de la colline, les lavoirs sont un lieu réservé aux femmes. Lieux d'intense sociabilité, mais aussi de commérage.

Le commérage est un divertissement. Dans une société fermée, c'est aussi l'expression d'un fort contrôle social. Aux platanes et surtout aux lavoirs, les mauvaises langues s'en donnent à cœur joie: "Une telle est une dégavailleuse (gaspilleuse)... et son homme, il pense qu'à campéjer (courir)..."

Les conversations vont bon train, les femmes s'escalassent (rient très fort). Leurs éclats de voix portent très loin. "Des platanes, on les entendait cascailler." Lorsque le paysan laboure dans un terrain pierreux ou très sec, le soc de la charrue émet des sons métalliques, on dit que ça cascaille.

Dans les années 60, à Montpezat, comme dans de nombreux villages, c'est "la fin des paysans". L'eau courante arrive dans les maisons. Les platanes sont souvent déserts, et le linge est lavé à domicile. On n'entend plus cascailler, pas plus les femmes que le soc de la charrue.

Cent ans de bouleversements dans la vie quotidienne, de changement progressif du système de valeurs (ex."raouber des galines" =dérober des poules, ce n'était pas voler!...) sont racontés dans ce livre, avec le souci de donner le 1er rôle au langage des gens. Certes l'occitan, dans son intégrité, ne s'entend plus guère que par bribes, mais cette langue subsiste largement sous forme francisée dans les conversations d'une grande partie de la population.

Cet ouvrage est le fruit de dix ans d'enquête auprès de la population d'un village gardois. Édité par un aixois, préfacé par un universitaire toulousain, il exprime la culture du midi.



L'auteur:

René DOMERGUE est sociologue. Il a dirigé des enquêtes, notamment "La Féria de Nîmes"et "La Rumeur de Nîmes". Il se consacre actuellement à l'ethographie des villages gardois. A signaler son ouvrage paru sur ce thème est : "La parole de l'estranger".

Reviews

No customer comments for the moment.

Write a review

Des Platanes, on les entendait cascailler - René Domergue

Des Platanes, on les entendait cascailler - René Domergue

Des Platanes, on les entendait cascailler - Vivre et parler dans un village du Midi. Ce livre de René Domergue est le fruit de dix ans d'enquête auprès de la population d'un village gardois.

Write a review