0 0
 

Recently added item(s)

No products

Free shipping! Shipping
0,00 € Total

Check out

Product successfully added to your shopping cart

Quantity
Total

There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.

Total products (tax incl.)
Total shipping (tax excl.) Free shipping!
Total (tax incl.)
Continue shopping Proceed to checkout

Authors/Artists

Lettres corses - Michel Miniussi - Bernard Manciet

L-9782950951937

New

2 Items

Available

16,00 €

Lettres corses - Michel Miniussi - Bernard Manciet - Recueil d'un jeu de lettres, de correspondance entre Manciet et le jeune auteur occitan Michel Miniussi, à la manière des Lettres portugaises. Editing by Les Amis de Michel Miniussi.

More details

STATIC BLOCK

Data sheet

TypePaperback
Year2005
LanguageFrench
Pages108
Format16 x 22,7 cm
DistributorLes Amis de Michel MINIUSSI
ISBN2-9509519-3-7

More info

Lettres corses - Michel Miniussi - Bernard Manciet


Six mois après le décès de l'écrivain occitan Bernard Manciet, trois ouvrages publiés uniquement en français apportent quelques petites nuances au portrait en pied de cet imposant Gascon, fervent catholique, roué et provocateur. 

Le troisième ouvrage, Lettres corses, recueille un jeu de lettres, de correspondance entre Manciet et un jeune auteur occitan, originaire de Nice et trop tôt disparu, Michel Miniussi, à la manière des Lettres portugaises. Qui joua la Mère Supérieure, qui la Sainte Nitouche ? Les deux écrivains jubilent dans le rendu de cette langue incrustée de non-dits, d'allusions, si élégante du XVIIIe siècle. " Dire sans dire, ne dévoiler que le nécessaire, comme un jupon déborde de la robe. Et qui ne connaît l'art religieux des soupirs, des sourires compatissants, des yeux baissés ? Aimer tout compte fait, ne revient jamais qu'à de l'hypocrisie. "



Notre siècle, Michel Miniussi, siècle brutal, nous a fâcheusement pervertis. L'on vous dit tout, et encore plus. L'on vous montre tout, et ce qu'on ne devrait pas montrer. Le siècle du cardinal de Bernis goûtait davantage le « suaviter in modo ».

Voilà donc une Mère Supérieure qui affecte de l'austère autorité, une Sainte Nitouche qui bat des paupières.
L'une ni l'autre ne s'y trompent. Ce sont jeux délicats, en quelque sorte des fruits confits :
« les petites douceurs, les attentions fines se rencontrent souvent chez les Visitandines », un éventail, une bague, une indiscrétion de la main, cela ne mérite tout au plus qu'une dizaine de chapelets, et comme le disait un grand esprit des Lumières : « Cela leur fait si peu de mal, et à nous tellement plaisir... »
Bernard MANCIET

La découverte de ces cinquante-huit lettres est un fait d'importance pour la connaissance de la langue d'Òc du dernier 18e siècle. La fin de la lettre IV permet de dater le tout entre 1767 et 1783. Leur grande valeur est due à deux facteurs : d'abord, il ne s'agit pas ici de littérature plus ou moins réussie, mais d'une écriture issue d'une pratique quotidienne, d'une correspondance, et rien de plus.
Il est certain qu'en ce siècle de grands épistoliers, la présence du français transparaît dans ces lignes, lorsque la langue reprend à son compte les usages d'une culture épistolaire déjà fermement établie.
Il s'agit néanmoins du seul texte niçard de quelque longueur qui nous parvient concernant la période qui s'étend de la fin du 16e siècle jusqu'à la moitié du 19e siècle. Dès 1913, Jules Brès nous en avait signalé la présence dans les archives du Comte de Mougins-Roquefort.
Nous devons cette édition à la bienveillance de Madame Florence Gould, qui acquit le manuscrit en 1947 (uniquement pour sa reliure, un chef d'oeuvre de Compagnon de 1784, accompagnée d'un ex-libris de M. de Pont de Veyle) et nous permit d'en faire une copie dans ses collections de Cannes, peu avant sa mort survenue en 1984.
Une édition critique de l'ensemble des cinquante-huit lettres, due à Frédéric Chiris, paraîtra dans la Revue des Langues Romanes. Dans l'attente, nous publions ici les huit premières lettres, en deux livraisons.
Une transcription en graphie occitane, qui respecte méticuleusement Ies gallicismes, les dialectismes et les italianismes, est due à Frédéric Chiris. Pour une courte introduction au dialecte niçard, nous renvoyons au numéro 1 de la Nòva Tiera d'Òc, page 58 (N.B. selon l'usage languedocien actuel, l'article pluriel écrit « louy » ou « louï » dans l'original, est transcrit « los »).
Michel MINIUSSI


Maquette & Illustration : JM Latapie.

Édité par Les Amis de Michel Miniussi. © Bernard Manciet.



Les auteurs:
 Bernard Manciet est né en 1923 à Sabres, dans les Landes. Après des études à Bordeaux, il est fonctionnaire du Quai d’Orsay jusqu’en 1955, date à laquelle il retourne définitivement dans les Landes, où il se consacre à l’écriture.
Indifférent aux purismes et aux dogmes, se traduisant lui-même du gascon et refusant d’être publié en édition française (il n’acceptait que les éditions bilingues) il est l’auteur d’une œuvre considérable, qui s’impose à la fois comme l’une des plus significatives et des plus atypiques de de la littérature occitane contemporaine.

 Michel Minuissi est né le 15 août 1956. Il passe sa jeunesse à Cannes dans sa famille maternelle, provençale de longue tradition. Vers 17 ans, il entre en contact avec le groupe de langue occitane de Nice et participe activement à la parution de leur revue "la Beluga". Il poursuit ses études universitaires à Montpellier, sous la direction de Robert Lafont et se spécialise dans la littérature occitane dont il devient un élément actif, rigoureux dans son écriture, brillant et créateur.
Conservateur de bibliothèque en Pays d´Oc, il entretient une correspondance riche et régulière avec les écrivains de langue occitane.
Par ailleurs, il écrit et publie, souvent anonymement ou sous un pseudonyme, dans la revue OC, dont il devient rédacteur dès 1986, de lettres, notes littéraires, études d’auteurs, poèmes, essais...
En 1988, paraît son premier roman, Jiròni, aux éditions Jorn/Fédérop (présenté par Robert Lafont).
Tombé gravement malade en 1981, il poursuit avec ténacité son œuvre écrite et continue à promouvoir efficacement la revue OC, faisant preuve d’exigence dans le choix des textes publiés, comme dans leur qualité littéraire.
Son deuxième roman, dont le manuscrit est confié aux éditions OC peu avant sa mort, Lei Passatemps, paraît au début de l’année 1994 et lui vaut le Prix littéraire Antigone, la même année à Montpellier.
Michel Miniussi décède le 9 Janvier 1992, en laissant une somme considérable d’écrits non encore publiés.

Reviews

No customer comments for the moment.

Write a review

Lettres corses - Michel Miniussi - Bernard Manciet

Lettres corses - Michel Miniussi - Bernard Manciet

Lettres corses - Michel Miniussi - Bernard Manciet - Recueil d'un jeu de lettres, de correspondance entre Manciet et le jeune auteur occitan Michel Miniussi, à la manière des Lettres portugaises. Editing by Les Amis de Michel Miniussi.

Write a review