0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Flors paganas - Joan-Glaudi PUECH - Cortetas de Mananca

L-9782954270173

Neuf

3 Eléments

En stock

12,00 €

Flors paganas - Joan-Glaudi PUECH - Cortetas de Mananca. Des chroniques souvent douces amères, qui n’ont que faire de ces bourgeois qui font “les fiers” mais sont bienveillantes pour les gens “à côté” dont le grand cœur devrait leur éviter la solitude si l’humanité était humaine… amours pudiquement avoués, obsessions d’une vie, secrets remords, gens qui faiblissent avec l’âge… Bilingue, IEO 06.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

TypeBroché
Année2019
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages132
Format15,5 x 23,5 cm
DistributeurIEO 06
ISBN978-2-9542701-7-3

Plus d'infos

Flors paganas - Joan-Glaudi PUECH - Cortetas de Mananca
(Fleurs païennes - Jean-Claude Puech - Petites Chroniques de Mananque)


Mananque ? Sans doute un autre nom pour un village du Luberon en proie à la gentrification, un village que l’auteur a bien connu et où, comme ailleurs, notre monde va trop de travers, humainement parlant, pour ne pas s'écrouler.

Ces vingt-quatre "chroniques" vous feront découvrir, d’un solstice d’été à l’autre, différents habitants du village, hommes et femmes de tous âges, dont les histoires semblent indépendantes… des histoires toutes simples, ou étranges, ou légères, ou tragiques. Mais peu à peu bonheurs, amitiés, amours, chagrins, remords, folie… tout s’articule et forme un tout, "un tout de vies qui coulent".

Préface de Magali Bizot-Dargent.

1er prix de littérature narrative 2018 du Val d’Aran: Un ensemble de récits sensibles et profondément humains, dans une langue poétique, qui a bien mérité son prix littéraire.

Edicion bilingüa (français et occitan provençal en regard), IEO 06.

Institut d'Estudis Occitans des Alpes-Maritimes.

Voir aussi le second tome: En bosca de Pan


L'auteur:

Joan-Claudi Puech, est né à Aurillac en 1962. Il a passé son enfance dans la ferme familiale, dans un endroit du Cantal qui s’appelle le Carladez, ce petit comté qui par le mariage de Dolça de Carlat et de Provence passa à la Maison de Barcelone. Il fit ensuite son lycée à Rodez, puis alla vivre à Toulouse, où il rencontra celle qui allait devenir son épouse. Il la suivit chez elle en Provence et habite dans le pays d’Apt. Il a publié un roman : Una pèira e un tamborin. Entre Carladez, Rouergue, Toulousain, Pyrénées, Provence et Alpes, il a la conscience profonde d’une même identité, et l’intuition d’une blessure secrète qu’il lit dans le pays depuis qu’il est enfant, et qu’il n’a de cesse de vouloir mettre en mots.


Extraits:

"Fasiá pro de temps ara que Jarjalha lo vièlh s’arrapava a la vida, tant e puei mai de temps que d’unei se figuravan aquí quauqua mascariá esconduda.
"Mai cu auriá pogut saupre la doça e tèuna desirança que cada jorn lo menava a passetons gòis e menudets, de clinons, tot risolier, d'un riset dau dedins, fins a la restanca oblidada a l’amont dau vilatge ?
"Tot arriba pasmens. E esto sera d’aquí, dins la tebesa d'una aureta d'estiu, causiguèt de s'alongar, de camba lassa, au mitan de l’ermàs onte de costuma s’esperlongava d’escondons, tròç a cha tròç, coma un raspós esparnhant sa candèla, convidant en sòmi la cara tant aimada que totjorn reviudava la paura campaneta de son còr."
(p. 53, La restanca oblidada).

"Cela faisait bien longtemps que le vieux Jarjaille s’accrochait à la vie, tellement longtemps que certains imaginaient là quelque sortilège caché.
"Mais qui aurait pu se douter du tendre et doux désir qui le conduisait à petits pas boiteux et menus, courbé, tout souriant, d'un sourire de dedans, jusqu'à la terrasse de culture oubliée en amont du village ?
"Tout arrive pourtant. Et ce soir-là, dans la tiédeur d'une brise d'été, il choisit de s'allonger, fatigué, au milieu de la friche où d’habitude il se prolongeait en cachette, petits bouts par petits bouts, comme un avare épargnant sa chandelle, en conviant en songe le visage tant aimé qui toujours ranimait la petite clochette de son cœur."
(p. 52, La terrasse oubliée)

---

Risiá. “Ben de segur que te remèti! Perqué?”

Aviá dich aquὸ coma se de ren non èra, coma se trenta ans avián pas passats.

 

De costuma tὸrni a la bastida au mes d’avost, per dire de durbir l’ostau vièlh, de lo faire respirar un pauc, de l’assecar. Mai aquest an d’aquí èra pas estat possible, e Sant Joan d’estiu m’i retrobèt a l’azard dau calendier.

Rebrondavi la sebissa qu’amenaçava d’envaïr lo camin comunau (aviáu reçauput una letra dau municipe per aquὸ, e lo nebot, que menava lo ben, lo voliá pas faire,) quand la Jousia passèt davans ieu. Aplantèri mon prètzfach per prendre lenga, e tanlèu siguèri pas que mon triste monolὸg bὸrd qu’es ela que me faguèt parlar. Preniá dei nὸvas, voliá saupre de qu’èri devengut, çὸ que fasiáu. Tota atencionada a mon racὸnte, agachava lei floretas jaunas que creissián en ombrèlas sus lei ribas. Leis espepidonava dau regard, e, d’a vegadas, d’aicí d’ailà, coma fan la polalha quand pitan, ne’n derrabava un brot. Causissiá, segur, e lo sabiá faire. Dins sa man lo ramelet de trescalan se fasiá de mai en mai grὸs.

“As tornat per Sant Joan, que me venguèt tot d’una, alora benlèu que restaràs, ara.” S’enanèt puèi, tala qu’èra apareguda; ombra silenciosa e furtiva, amb ai bocas la traça de son rire que disiá que lo cèu èra blau, l’aire linde, e l’aiga clara.

 

Sant Joan d’estiu, lo trescalan, la Jousia! Coma vai qu’aguèssi oblidat tot aquὸ, tant de temps? Coma vai que l’aguèssi pas aguda vista dempuei?

      Es lo nebot que me donèt d’explicas, “ad-nutum”, e de son biais, quand passèt a miegjorn

      per l’aperitiu.

“La podiás pas veire qu’a tornada fa gaire. Dos ὸ tre mes benlèu. Plorava lo marit, li baisava lei genolhs! Es una masca, sas! Li saup faire ambé leis ὸmes! Ieu, l’ai aguda vista, de nuech, qu’anava au Bὸsc dau Riu, vestida coma una puta de cinema, sas; talons nauts, jupa corteta e debàs grasilhats! I deviá retrobar seis aimadors! N’i a un que li a bastit un ostau dei bèus a la vila! E ela, l’a totjorn, sas! Es una masca te disi! ”

Ne’n sachèt pas mai sus seis escapadas nuechencas. Èra pas de bὸn crèire aquὸ; retrobar un calinhaire dins lo bὸsc dau riu, un endrech perdut, luench de la rota, seguir un draiὸu sus mai d’un quilomètre ambé dei talons agulhas!

 

    “Va sautar lo fuὸc, anuech, la Jousia ambé seis èrbas?

-Mon paure, sas que se fai plus aquὸ, e dempuei l’an pebre! E puèi a seissanta, coma vὸs que saute lo fuὸc, tant masca que siegue!”

 

Ansin lo sabiá pas, eu, que l’aviam agut fach ancian temps, ensems, totei dos. Es ela que me donava la man per passar lei flamas. Teniáu dètz-e-uech ans e ela vint-e-un. S’es maridada puèi, quauquei setmanas après. Siguèt ma darriera Sant Joan, e en septembre laissava lo país.

La seguissiáu dins sei culhidas. “Sant Jan d’estiu, que disiá, lo jorn onte lo solèu es au pus naut e la saba la mai vertuosa!” E de nuech sautaviam lo fuὸc ambé dei ponhats de trescalan dins lei mans tot cridant”Sant Joan la grana!”. Lei metiam puèi dins l’ὸli d’ὸliva, qu’après quatre setmanas d’exposicion au solèu se tenchurava de roge. Ansin tota copadura seriá secada e tota cremadura amaissada. L’ajudava ansin a faire l’ “ὸli roja”; montavi lei botelhas sus la teulissa de la granja per que prenguèsson en plen lo solèu. I aviá tanben lo lentiscle, l’aladèrn, lo sambuc (aquest me sovèni qu’es per leis uelhs), la farigola de segur, e d’autrei qu’ai oblidat son nom. “Èrbas paganas”, que disiá ela. Uèi, lei sabi plus reconéisser.

 

Solet dins l’ostau vièlh, lumes amorçats, agachavi per la fenèstra la linha blava dei cὸlas sota la lugana, en bosca dei dos ὸ tres luzors que tremolarián encara, testimὸnis vius d’un rituau ancian. Mai l’abséncia dei fuὸcs a l’avalida, tant tèunes que serián estats dins la nuech banala, abolissiá lei remembres passats. Devistèri subran dins lo clar-e- brun dei aubres dau camin sa siloeta de bèstia fèra, tant linja e plegadissa coma aquela d’una cèrvia.

 

La seguiguèt, de luenh, pivelat e emmascat. Saupèri pas coma èra vestida, e de tot biais me n’enchautèri pas; aguèsse cargat dei talons agulhas, fin finala, que seriá pas estada de trὸp entrepachada, talament landava, leugièra e escarrabilhada, sus la poncha deis pès.

Au fons d’una mata d’euses, ras la maire assecada dau riu, sota un cubèrt dei fuelhas dançarèlas, Jousia raufelava, gemegava. Destrièri una anca redonda que mesclava la michor de sa carn au pètge lusent d’un aubre sota la claror lachosa d’un rai de luna. Sei dents de cadèla morsiguèron una brondilha bassa per estofar un crid.

 

Au Bὸsc dau Riu, i tornèri lendeman. Au mitan de la mata, dins una esclargiera, senhorejava un pichὸt sause blanc que semblava de tenir a l’escart romiàs e euses. Èra tὸrt de pètge e fasiá coma una mena de banc. Dei flors sauvatjas èran pausadas aquí dessús qu’èran coma escrachadas e mastegadas. Leis esvartèri de la man, me clinèri per flairar, e pausèri puèi mei bocas sus la rusca lisca. Aguèri subran dins l’èime tota la sabor amara dau bὸsc.

---

Elle riait. “ Bien sûr que je te reconnais ! Pourquoi ?”
Elle avait dit cela comme si de rien n’était, comme si le fleuve du temps ne s’était pas écoulé.

Frédéric était allé passer quelques jours de congés à la maison de sa grand-mère. La vieille bâtisse dont il venait d’hériter. Pour l’ouvrir, histoire de la faire respirer un peu, pour assécher les murs, et essayer de se décider. Vendre ou garder ? Et le hasard de son agenda l’y retrouva à la Saint Jean d’été.

Il élaguait la haie vive qui menaçait d’envahir le chemin communal (il avait reçu une lettre de la mairie pour cela, et son cousin, qui s’occupait de la ferme, ne voulait plus le faire), quand Josie passa devant lui. Son coeur battit la chamade et il arrêta aussitôt son travail. Ce fut elle qui le fit parler. Elle prenait des nouvelles, voulait savoir ce qu’il était devenu, ce qu’il faisait. Toute attentionnée à ce qu’il lui disait, elle observait les petites fleurs jaunes, dont la moitié était déjà flétrie, qui poussaient en ombrelles sur les bordures. Elle les triait du regard, et, de temps en temps, de-ci de-là, comme font les poules quand elles picorent, elle en arrachait un bout. Elle choisissait, c’est sûr, et elle savait le faire. Dans sa main le bouquet de millepertuis se faisait de plus en plus épais.

“Tu es revenu pour la Saint Jean, lui dit-elle subitement, alors peut-être que tu resteras maintenant.”

Puis elle s’en alla telle qu’elle était apparue ; ombre silencieuse et furtive, avec sur ses lèvres la trace d’un rire qui se prolongea dans l’air pur et le ciel bleu.

La Saint Jean d’été, le millepertuis, Josie ! Comment était-il possible qu’il ait oublié tout cela, tant de temps ? Comment était-il possible qu’il ne l’eut pas revue depuis ?
C’est son cousin qui lui expliqua tout cela, “ad-nutum”, et à sa façon, quand il vint à midi boire l’apéritif.

“Tu ne pouvais pas la voir car il y a seulement un an qu’elle est revenue. Tiens, justement, jour pour jour, à la Saint Jean dernière. Tu aurais vu son mari ! Il pleurait, lui baisait les genoux ! C’est une sorcière tu sais ! Elle sait y faire avec les hommes ! Tu te rends compte ? Son mari, et même qu’elle l’ait quitté, il lui a payé ses études ! Et elle, elle n’a pas trouvé mieux que de tout planter à la fin de son doctorat ! “ On s’est trompé !” qu’elle disait, “ On a suivi les mauvaises voies, quasiment depuis l’antiquité !”, tu te rends compte ! Une fille, une enfant de la campagne, comme toi, comme moi, parler comme ça aux gens de la Faculté ! Enfin ... Elle est rentrée chez elle... C’est une sorcière je te dis !

Moi, je l’ai vue une fois, la nuit, quand elle allait au Bosc dau Riu, vêtue comme une pute de cinéma, tu sais ; talons hauts, jupe courte et bas-résille ! Elle devait y retrouver un amant ! Il y en a un qui lui a bâti une belle maison à la ville ! Et elle, elle l’a toujours tu sais ! C’est une sorcière je te dis !”

Frédéric n’en sut pas plus sur cette escapade nocturne. Ce n’était pas facile à croire ; retrouver un amant au Bosc dau Riu, dans le bois du ruisseau, un endroit perdu, loin de la route, suivre un sentier sur plus d’un kilomètre avec des talons aiguilles !

« Elle va sauter le feu cette nuit, avec les herbes ? », « Mon pauvre, ça se fait plus! Et depuis longtemps ! Et puis, à plus de cinquante piges, comment tu veux qu’elle saute le feu, aussi sorcière qu’elle soit ! »

Ainsi, le cousin ne savait pas qu’ils l’avaient déjà eu fait dans le temps, ensemble, tous les deux. C’est elle qui lui donnait la main pour passer les flammes. Il avait dix-huit ans et elle vingt et un. Elle s’était mariée ensuite, quelques semaines après. Pour Marc ce fut sa dernière Saint Jean, et en septembre il quittait le pays.

Il la suivait dans ses cueillettes. “Saint Jean d’été, disait-elle, le jour où le soleil est au plus haut et la sève la plus vertueuse !” Ils sautaient le feu avec des poignées de millepertuis tout en criant “Saint Jean la graine !”. Ils mettaient ensuite les fleurs dans des petites bouteilles d’huile d’olive que lui montait après sur la toiture de la grange pour qu’elles prennent en plein le soleil. Après quatre semaines d’exposition l’huile devenait rouge. Ainsi toute coupure serait séchée et toute brûlure apaisée. Il y avait aussi le lentisque, l’alaterne, le sorbier (celui-là, il se rappelait que c’était pour les yeux), le thym bien sûr, et d’autres dont il a oublié le nom. “Herbes païennes”, disait-elle. Herbes qu’il ne savait plus reconnaître.

Seul dans la vieille maison, lumières éteintes, il regardait la ligne bleue des collines sous la pleine lune, à la recherche des deux ou trois lueurs que trembleraient encore, témoins vifs d’un rituel ancien. Mais l’absence des feux à l’horizon, aussi ténus qu’ils auraient été dans la nuit banale, abolissait les souvenirs passés. Il aperçut soudain dans le clair- obscur des arbres du chemin sa silhouette de bête sauvage, aussi déliée et souple que celle d’une biche.

Il la suivit, de loin, fasciné et comme ensorcelé. Et il ne sut pas comment elle était vêtue, de toute façon il ne s’en préoccupait pas ; eût-elle porté des talons aiguilles que finalement elle n’en aurait pas été gênée, tellement elle courrait, légère et enjouée, sur la pointe des pieds.

Au fond d’un bosquet de chênes verts, presque dans le lit asséché du ruisseau, sous un couvert de feuilles dansantes, Josie râlait, gémissait. Il devina une hanche ronde qui mêlait la chaleur douce de sa chair au tronc luisant d’un arbre sous la clarté laiteuse d’un rayon de lune. Et les dents de chiot de la femme mordirent une branche basse pour étouffer un cri.

Au bois du ruisseau, il y retourna le lendemain. Au milieu du bosquet, dans une éclaircie, il y avait un petit saule clair qui tenait à distance les buissons et les chênes. Son tronc tordu faisait comme une sorte de petit banc. Un bouquet de fleur sauvages y était posé dessus qui paraissait broyé. Il se pencha pour sentir, mais les parfums s’étant dissipés il osa alors un baiser craintif du bout des lèvres, baiser qui brusquement se fit bouchée avide et impatiente quand la saveur originelle du bois lui réenchanta le Monde.

Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Flors paganas - Joan-Glaudi PUECH - Cortetas de Mananca

Flors paganas - Joan-Glaudi PUECH - Cortetas de Mananca

Flors paganas - Joan-Glaudi PUECH - Cortetas de Mananca. Des chroniques souvent douces amères, qui n’ont que faire de ces bourgeois qui font “les fiers” mais sont bienveillantes pour les gens “à côté” dont le grand cœur devrait leur éviter la solitude si l’humanité était humaine… amours pudiquement avoués, obsessions d’une vie, secrets remords, gens qui faiblissent avec l’âge… Bilingue, IEO 06.

Donnez votre avis