0 0
 

Élément(s) ajouté(s) récemment

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Auteurs/Artistes

Cucuron face à la modernité - Elie LÈBRE, témoin de son village (1920-1991)

L-9782359360103

Neuf

3 Eléments

En stock

15,00 €

Cucuron face à la modernité - Elie LÈBRE, témoin de son village (1920-1991). Une communauté luberonnaise se raconte dans sa langue - Una comunautat liberonenca se racònta dins sa lenga. Textes Élie Lèbre et Alain Barthélémy-Vigouroux. Bilingue français/provençal. Éditions AELOc.

Plus de détails

STATIC BLOCK

Fiche de données

Année2021
LangueFrançais + Occitan Provençal
Pages248
Format15 x 21 cm
DistributeurA.E.L.OC
ISBN978-2-35936-010-3
Code Distributeur20011
BonusPhotographies originales d'époque

Plus d'infos

Cucuron face à la modernité - Elie LÈBRE, témoin de son village (1920-1991)
Une communauté luberonnaise se raconte dans sa langue - Una comunautat liberonenca se racònta dins sa lenga.


     En racontant en provençal pour une radio locale l’histoire de sa vie d’agriculteur dans un village du Luberon, puis en constituant un recueil commenté de 400 proverbes et expressions, Elie Lèbre, décédé en 1991, a laissé un document inestimable pour appréhender la manière dont une communauté rurale du siècle dernier s’est perçue dans l’énorme transformation qu’elle a connue, et surtout pour saisir dans son état le plus authentique la langue de la dernière génération qui l’a parlée comme langue maternelle. Le document est d’autant plus précieux qu’il comporte à la fois le texte écrit par l’auteur et la possibilité d’écouter l’enregistrement de sa voix sur le site de l’AELOC.

     Le travail d’Elie Lèbre s’est inscrit dans un projet collectif où un groupe de villageois s’est réuni pendant une quinzaine d’années pour permettre à la jeune génération de profiter du savoir des anciens sur leur langue. Dans ce groupe dont Elie Lèbre a été la référence la plus sûre, 600 autres proverbes et expressions ont été recueillis et ont alimenté la matière du livre.

     L’ensemble des textes provençaux est accompagné de leur traduction effectuée par Alain Barthélemy-Vigouroux, qui a également consigné l’histoire de cette aventure, ainsi qu’une présentation des principales caractéristiques du  provençal de ce secteur, et un guide de lecture de la langue écrite. Le texte est assorti d’une illustration très abondante, fournie en très grande partie par une collection de photos d’époque conservée au Musée Marc Deydier de Cucuron.

Graphisme et maquette Marie-Anne Hauth. Photographies originales d'époque.
Textes Élie Lèbre et Alain Barthélémy-Vigouroux - Bilingue français/provençal (graphie classique).

Éditions AELOc.


Écoutez ici le texte provençal enregistré par l'auteur Elie Lèbre:



Extraits:

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.


Au fieu de l’an, proverbis …
Jorns creissènts, jorns coiènts
jours croissants, jours de froid cuisant

En janvier, jorns creissènts, sovènt freg venènt
en janvier quand les jours croissent, le froid croît aussi

Sant-Clar fa quarantena.
Le temps du 2 janvier dure quarante jours

Se vès au cuou quand lei dènts penchinon
on voit sur les fesses si les dents mâchent beaucoup (si on est gros mangeur)

Quora lei fedas gambadejon e que lei chivaus pisson, aquò marca lo vènt
Quand les brebis gambadent et que les chevaux pissent, cela présage du vent
 
Aquò es coma de blad ensacat
L’affaire est dans le sac !
 

Sus son biais de viure ...
"Coma vos l’ai dich, ieu ni mai m’agradava gaire de travalhar la tèrra. S’avieu poscut faire d’estudis, aurieu belèu fach quauquarèn que m’aurié plaisut. Mai es que en fin finala serieu estat pus eros, de fes me pausi la questien. Aurié faugut anar a la vila, belèu se despatriar dins una vila de l’ubac, èstre un deracinat coma n’i a tant a l’ora d’ara . Coma que siegue, s’èri pas restat dins mon vilagi, de segur parlarieu lo provençau encara pus mau que ce que lo parli vuei, e aurieu pas poscut vos contar tot aquò. En totei lei cas se mon paure paire me vesié charrar tot solet davant lo magnetòfòne, me dirié que sieu un bèu colhon de crèire que mei còntes van interessar quauqu’un e bessai aurié pas tot lo tòrt."

Leis escais-noms...
Quand tout le monde connaissait chacun, le surnom supposé qualifier un individu prenait le pas sur son nom de baptème. Ici, Elie Lebre évoque les sobriquets des femmes. Nous verrons bientôt ceux dont les hommes étaient affublés.
I avié pereu de fremas qu’avien d’escais-noms : la Rablada (la râblée), la Tambòta ( la tambote), la Tripalhona (la tripaillone), la Titè (la poupée), la Chiga (la chigue), la Cicòri ( la chicorèe), la Monja (la nonne) qu’èra estada un pauc au covènt, la Desnarrada ( la sans nez), percequ’avié quasi gis de nas ; la Cantarèla (la chanterelle, chanteuse) que cantava totjorn dins lei velhadas.


Articles de presse:
Le provençal se pratiquait bien à Cucuron, mais comme ailleurs cette pratique se perdait, malgré le travail du félibre Albert Donnadieu, disparu dans les années 1960. Mais le provençal littéraire avait bien peu de chances de sauver la langue de tous les jours. Qui l’aurait pu d’ailleurs ?
Dans ce contexte de langue de terroir encore assez vive, une équipe s’est constitué dans la décennie suivante, avec Madeleine Jaquier qui, proposant des cours de provençal au Centre Culturel local, demanda l’active participation d’Elie Lebre, un agriculteur érudit qui tenait la langue du berceau. Des villageois désireux de s’approprier la langue du pays se réunirent, et l’aventure dura une quinzaine d’années, durant lesquelles les dires d’Elie Lebre et d’autres furtent consignés.
C’est dans ce livre aujourd’hui publié par l’Association de l’Enseignement de la Langue d’Oc, que sont restitués ces pensées, maximes, proverbes, sur le temps qu’il fait, ou le monde comme il va. Un témoignage donc de l’esprit du temps en milieu rural, mais exprimé dans la langue du pays, sans le filtre des différentes écoles de la renaissance d’oc.
Article de Michel Neumuller, publié dans Aquò d'Aquí du 16 Novembre 2021.



Avis

Aucun commentaire client pour le moment.

Donnez votre avis

Cucuron face à la modernité - Elie LÈBRE, témoin de son village (1920-1991)

Cucuron face à la modernité - Elie LÈBRE, témoin de son village (1920-1991)

Cucuron face à la modernité - Elie LÈBRE, témoin de son village (1920-1991). Une communauté luberonnaise se raconte dans sa langue - Una comunautat liberonenca se racònta dins sa lenga. Textes Élie Lèbre et Alain Barthélémy-Vigouroux. Bilingue français/provençal. Éditions AELOc.

Donnez votre avis