0 0
 

Recently added item(s)

Aucun produit

Free shipping! Expédition
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantity
Total

There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.

Total products (tax incl.)
Total shipping (tax excl.) Free shipping!
Total (tax incl.)
Continue shopping Proceed to checkout

Artistas

Le Dieu de Jaurès - Jòrdi BLANC

L-9782859271275

New

2 Items

Dins l'estòc

24,00 €

Le Dieu de Jaurès. Per Jòrdi BLANC, escriure aquel ensag foguèt una escomesa ardida. Revelar un Joan Jaurés cresent alara que la dòxa intellectuala d’esquèrra a pas retengut que son engatjament politic e unicament son accion publica, èra anar a contra subèrna de los que se son arrogats lo títol de gardians del temple jauressian. Vent Terral.

More details

STATIC BLOCK

Data sheet

TypeBroché
Année2021
LengaFrancés
Pages344
DistributeurVent Terral
LabelDocuments
ISBN978-2-85927-127-5

More info

Le Dieu de Jaurès - Jòrdi BLANC


« Je ne suis pas de ceux que le mot Dieu effraie. J’ai, il y a vingt ans, écrit sur la nature et Dieu et sur leurs rapports, et sur le sens religieux du monde et de la vie, un livre dont je ne désavoue pas une ligne, qui est resté la substance de ma pensée. Au risque de vous surprendre, je vous dirai que j’en ai fait, il y a peu de temps une seconde édition, et que je n’y ai fait aucun changement », proclamait Jean Jaurès à la tribune de la Chambre en janvier 1910.


Edicions Vent Terral.

L'autor:

Jòrdi Blanc a effectué ses études secondaires au lycée Rascol et au lycée Lapérouse d’Albi, et ses études supérieures à Toulouse (maîtrise ès sciences économiques, DEA de langue et de culture occitanes, doctorat de philosophie). Il enseigne ensuite la philosophie, l’occitan et les sciences économiques et sociales dans plusieurs établissements des académies de Toulouse, Montpellier et Limoges. Il a fondé en 1973 l'association Vent Terral dont il assure l'animation et notamment l'activité éditoriale (une centaine de publications depuis 1973). Il se consacre à l’écriture et à la recherche, à l’édition et à l’animation culturelle.
Jordi Blanc a réalisé un travail fondamental sur Jean Jaurès. Il est l'auteur d’une thèse de doctorat sur Jaurès philosophe (1996), et éditeur des Œuvres philosophiques de Jaurès aux éditions Vent Terral, (t. I Cours de Philosophie, t. II De la Réalité du monde sensible, t. III Écrits et discours théologico-politiques), donne ici une synthèse de ses recherches.

Il a publié également des inédits de Louisa Paulin et des traductions en occitan d'œuvres majeures de la littérature mondiale.


Quatrième de couverture:
Alors qu’il n’a jamais cessé de se réclamer de sa thèse de doctorat soutenue en 1892, De la Réalité du monde sensible, personne n’a jamais voulu s’y confronter. Ni son jury ni les « spécialistes », universitaires ou militants, souvent les mêmes, qui ont préféré se fabriquer un Jaurès à leur mesure.
Et pourtant, il ne manque à son Dieu rien des attributs de la « philosofia perennis » et de la « religion éternelle » dont il ne cesse de se réclamer. Éternel et dans la durée, à la fois immanent et transcendant, nous voyons dans sa lumière et nous l’entendons dans le silence des nuits. Ou, pour dire comme l’apôtre Paul dont il se réclame : « Nous vivons en Dieu, nous nous mouvons en Dieu et nous sommes en Dieu. »
« Moi des moi », c’est un Dieu de liberté qui associe l’homme à son « pèlerinage de la perfection », un Dieu de compassion : « Dans ma pauvre tête fatiguée, il y a Dieu. »
Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jaurès ? Trop judéo-chrétien et trop difficile à intégrer dans l’histoire de la philosophie française contemporaine, autant que dans celle, marxiste ou franc-maçonne, du socialisme. Alors que, loin d’être l’abandon de ses idées métaphysiques et morales, l’action et la politique de Jaurès en constituent l’accomplissement.

Avertissement de l'auteur:
« Jaurès est au Panthéon », disait le poète, exprimant le fait que plus jamais il ne serait aux côtés des siens dans leur lutte pour la dignité, l’égalité, et la liberté.
Objet d’incessantes récupérations partisanes de l’extrême gauche à l’extrême droite, on ne s’est intéressé qu’à sa politique. En oubliant qu’il était philosophe de formation et de métier et auteur d’une thèse de philosophie soutenue en 1892 à la Sorbonne, De la Réalité du monde sensible.
S’engageant en politique sous les couleurs socialistes, il aurait abandonné ses illusions « idéalistes ». Pas facile, pour en faire un disciple d’Hegel et de Marx, ou encore un laïcard, de se frotter à son contenu et à sa lettre ! Elle révèle une métaphysique théologique et une morale en réaction à la démission et au dilettantisme des beaux esprits du siècle.
Rien donc de plus urgent que de revenir à son grand œuvre pour en saisir la singularité. Et pour comprendre comment, loin d’être un abandon de ses pensées de jeunesse, son engagement politique en est l’accomplissement.

 

Extrait:
« Ce que nous espérons de ce retour sur la pensée métaphysique, morale et religieuse de Jaurès, c’est qu’il fasse naître une interrogation, et déclenche des recherches sur le refus de l’entendre dont il a été victime – et dont d’autres ont pareillement été victimes quant à leur dimension théologique. Et sur ce que ces refus disent de notre époque. Mais le veut-on ?
Qui a fait Jaurès ? Jules Guesde ? Lucien Herr ? Ou, de manière plus conforme au dogme, les mineurs de Carmaux ? Autant de questions aberrantes auxquelles l’historiographie « jaurésienne », faisant de lui un produit, n’a cessé de s’employer à répondre.
Jaurès s’est fait-lui-même. Non pas seul, mais grâce à la « philosophia perennis » et à la « religion éternelle » dont il se réclamait, et au milieu de ses « camarades éternels ».
Ne pourrait-on le faire bénéficier de la vertu des vertus qu’était pour lui la bienveillance ? Et lui reconnaître une pleine autonomie et une pleine liberté de pensée, comme il le réclamait à l’égard de tous ? »

Jòrdi BLANC, pp. 333-334


Critica:
Jòrdi Blanc contunha sas recèrcas jauressianas

            Tre la debuta es pas aisit de dintrar dins la lectura d’un tal obratge per lo que, coma ieu, es pas acostumat als ensages filosifics nimai a l’istòria de la filosofia. M’es estat necessari un periòd d’adaptacion per, pauc a cha pauc, encapar los conceptes metafisics desvolopats per Joan Jaurés e los filosòfes a travèrs l’istòria. D’efièch, Jòrdi Blanc met de longa e condreitament la pensada filosofica de Joan Jaurés (que cal destriar de sa pensada politica) en perspectiva amb sos predecessors. Per èsser estat professor de filosofia Joan Jaurés aviá, plan solide, legit e estudiat las òbras d’un fum de pensaires dempuèi los de l’Antiquitat fins a sos contemporanèus. Çò que dins son estudi mena Jòrdi Blanc de comparar las similituds e divergéncias de la pensada jauressiana amb la produccion especulativa a travèrs los sègles.

            Per Jòrdi Blanc, escriure aquel ensag foguèt una escomesa ardida. Revelar un Joan Jaurés cresent alara que la dòxa intellectuala d’esquèrra a pas retengut que son engatjament politic e unicament son accion publica, èra anar a contra subèrna de los que se son arrogats lo títol de gardians del temple jauressian. Revelar un cresent aquí ont los tenents de la pensada marxisanta volián véser, e véser pas, qu’un agnostic o tanplan un atèu, solide que l’autor foguèt pas aculhit coma s’auriá degut aculhir un trabalh de recèrca tras que caporal per los estudis jauressians. Jòrdi Blanc foguèt percebut per reversièr e intrús e aquò d’ont mai que son trabalh es establit sus una recèrca scientifica amadurada per d’annadas e d’annadas de trabalh. Lo comportament de sos detractors es d’ont mai regretable qu’una recèrca, quina que foguèsse, deu demorar sempre dobèrta e en evolucion que s’o es pas, vira tot simplament al dògma. Deurián saber aquel monde que la recèrca es a l’opausat del culte de la personalitat e lo quiti Joan Jaurés, s’èra encara d’aqueste monde, seriá malcorat dels comportaments sectaris d’unes de sos admirators.

            Ni per se tumar a la marrida volontat e marrida fe de qualqu’unes, Jòrdi Blanc trabalha dempuèi de decennis, sus las matèrias jauressianas. Cresi pas de prene qualquas riscas en diguent qu’es, senon lo melhor coneisseire, almens un dels melhors e dels pus constants cercaires dins los domènis dels estudis jauressians. Mas en publicant aqueste « Le Dieu de Jaurès » (Lo Dieu de Jaurés en lenga nòstra) a per d’unes passat l’òsca. O i perdonan pas en refusant de criticar scientificament son trabalh. Es de regretar. Tals comportaments d’embarrament apaurisson forçadament las recèrcas dins lo domèni de las sciéncias umanas.

            Çò segur, per plan dintrar dins aquel ensag, per plan seguir las demonstracions prepausadas per Jòrdi Blanc, cal aver de nocions de filosofia. Cal èsser un minimum familiarizat amb los conceèptes elementaris rescontrats per dire de pèrdre pas completament pè. Avèm aquí un libre sabent que s’adreiça a d’especialistas confirnats e a d’amators esclairats dins lo domèni de las pensadas religiosas e metafisicas. Çò que vòl pas dire que totòm lo pòsca pas legir. Simplament cadun i poirà posar segon sas pròprias coneissenças e referéncias per, se ne vira, n’acquesir maitas. La lectura d’un tal obratge necessita una atencion intellectuala particularament consequenta. Rai ! aquela recèrca de Jòrdi Blanc de descobèrta e d’explicitacion de la pensada metafisica jauressiana permetrà a cadun de se far una idèia sus la concepcion qu’aviá lo filosòf occitan dels mondes materials e divencs.

            Dins un ensag titolat « De la realitat del monde sensible », a d’unes moments las especulacions filosoficas de Joan Jaurés se fan poeticas. Jòrdi Blanc se maina per nosaus que lo pensaire albigés es capable d’estetisme lengatgièr mannat al bestorn de qualques reflexions : « Dins la contemplacion e lo sòmi, gausissèm plan sovent de l’univèrs sens li demandar sos comptes. Aspiram a la vida embriaganta de la tèrra amb una irreflexion absoluda. Alavetz, per nòstra anma que s’enaira, la nuèit estelada e resplendenta lèu es pas mai qu’una nuèit dins la cadena de las nuèits. Pòrta pas cap de data. Esvelha pas cap de sovenir. Se restaca a nada pensada. Se diriá quitament qu’es al dessús la rason ». Aquò’s pas qu’un exemple balhat demest plan maites. Joan Jaurés, l’òme de mai d’una vida, auriá pas sabut viure sens literatura. Sa curiositat per l’aicí coma per l’en-delà èra sens bòla. Teniá un interés constant per « l’arquitectura movedissa de l’univèrs », « l’eternitat de l’evolucion », en un mot aviá consciéncia d’una mena de divenc a portada d’èime. Joan Jaurés cercava totes azimuts, amb totes sos senses, e sens tabó. Èra un « sociolesperitualista », se pòdi gausar lo neologisme. Cresiá en Dieu, mas èra pas de glèisa. Atal disiá : « Se caliá causir entre los obrièrs socialistas que negan Dieu e l’esperit per poder melhor concentrar totas lors fòrças sul problèma social, e los que parlan pas de Dieu e de l’anma pas que per eludir lo problèma social, aquò’s lo materialisme socialista que causiriái ». Joan Jaurés cresent, ne demorava pasmens socialista. Lo debanar de sa vida ne pòrta pròva.

            Novelari e amator gaire esclairat de filosofia, soi espantat per la soma de trabalh qu’aquel estudi deguèt demandar a son autor. Porgir e finalizar aquela òbra necessita de conéisser totes los pensaires antics coma los contemporanèus de Joan Jaurés, mas tanben totes los intermediaris temporals, çò que fa una soma colossala de l’ecturas menimosas e criticas. Supausi que l’alestiment d’aquel ensag deguèt tanben exigir una coneissença exaustiva de l’òbra de Joan Jaurés. Rai d’aquò, sabem Jòrdi Blanc èsser probablament l’especialista mai agrègi dels cercaires sus l’òbra de l’Albigés Joan Jaurés. Malgrat la complexitat de la pensada jauressiana, son ensag es comprensible emai per un lector pauc acostumat a far d’incursion al país de las especulacions filosofias fondamentalas. Aquela longa virada dins lo domèni de la pensada umana prigonda permet ne n’aprene fòrça sus l’anar de l’umanitat e las metafisicas que traversèron las edats.

Critica de Pèire Rabasse dins Lo Lugarn lo 15/04/2022.

Reviews

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Write a review

Le Dieu de Jaurès - Jòrdi BLANC

Le Dieu de Jaurès - Jòrdi BLANC

Le Dieu de Jaurès. Per Jòrdi BLANC, escriure aquel ensag foguèt una escomesa ardida. Revelar un Joan Jaurés cresent alara que la dòxa intellectuala d’esquèrra a pas retengut que son engatjament politic e unicament son accion publica, èra anar a contra subèrna de los que se son arrogats lo títol de gardians del temple jauressian. Vent Terral.

Write a review